Cyclisme Au terme d'une longue échappée, le maillot à pois a mis à profit ses capacités de descendeur pour s'imposer une deuxième fois sur ce Tour.

Ils étaient 47 dans la bonne échappée du jour, après plus de deux heures de bagarre pour sortir du peloton et une manifestation agricole qui a forcé les organisateurs à neutraliser l'étape pendant un quart d'heure. Dans cette échappée, Julian Alaphilippe s'est avéré être le deuxième meilleur grimpeur derrière Adam Yates et, surtout, le meilleur descendeur. Ce qui lui a permis de reprendre le Britannique dans l'ultime descente, d'autant plus que celui-ci a chuté. Le maillot à pois a pu terminer en solitaire et s'impose devant Gorka Izagirre et Adam Yates.

Aucun changement notable n'est à signaler au classement général puisque les favoris du Tour se sont, une nouvelle fois, neutralisé.



Les réactions sur la ligne d'arrivée

Julian Alaphilippe

"Ça a été difficile toute la journée mais j'ai eu la chance d'être dans un gros groupe où ça roulait pas mal. Vu les sensations, j'ai du mal à croire que je pouvais arriver jusqu'au bout. Je connaissais le final que j'avais repéré mais qui était dangereux. C'était soit Adam Yates soit moi qui tombait dans la descente parce qu'on a pris des risques tous les deux. Je suis très content d'avoir concrétisé et gagné. L'émotion est différente de ma première victoire. Je me suis battu pour garder le maillot à pois un peu plus, mais ce sera dur de le garder dans les prochains jours."

Jelle Vanendert

"Les jambes n'étaient pas super aujourd'hui. J'avais un bon rythme mais je n'étais pas dans un grand jour pour être avec les meilleurs. Demain, ça fait peur parce qu'on n'a jamais fait une étape de ce type et personne ne sait comment ça va se passer."

Patrick Lefevere

"J'étais content que Julian Alaphilippe et Philippe Gilbert soient dans l'échappée. Philippe est parti seul pour faire un numéro mais il a chuté. J'ai presque eu un arrêt cardiaque en le voyant. Peut-être que la moto a trop freiné et j'ai su tout de suite que ça allait mal finir parce qu'il avait déjà déchaussé avant le virage. Ça aurait pu être plus grave. On a ensuite utilisé Julian en deuxième plan. C'était prévu qu'il soit dans l'échappée et il a couru très intelligemment. Il avait coché deux étapes : Mende et celle-ci. Finalement il termine deuxième et premier. Philippe Gilbert mérite le prix de la combativité, même si malheureusement il a chuté. Le plus important c'est que Julian ait gagné et que Phil se retape bien. On va aller tout de suite à l'hôpital."

Guillaume Martin

"C'est une bonne journée dans l'ensemble et je me rapproche au général. Les sensations étaient meilleures que la semaine dernière après la journée de repos. Il me manque du punch pour jouer jusqu'au bout la victoire, mais c'est plutôt encourageant. J'appréhende l'étape de demain, car ce n'est pas ma spécialité d'être de suite en action et il faudra un bon échauffement. Mais je connais le terrain, parce qu'avec Wanty on avait été en stage là-bas en juin. C'est court mais il faudra gérer son effort. J'ai entendu pour les chutes, ce qui peut expliquer que j'étais sur les freins dans la dernière descente. C'étaient des descentes assez techniques, mais elles font partie de la course et il faut parfois savoir prendre des risques pour aller chercher quelque chose."

Christian Prudhomme

"Des gens voulaient bloquer la route, mais on a pu passer grâce à l'intervention des forces de police sauf que du gaz lacrymogène s'est répandu et a fait pleurer l'ensemble des coureurs du peloton. Ce qui nous a forcés à arrêter la course. Le peloton était incroyable calme. Le métier de cycliste est très dangereux, on l'a encore vu avec la chute de Gilbert qui nous a fait une peur bleue. Il ne faut pas rajouter des dangers aux coureurs. Il faut leur laisser la route libre, peu importe la cause qu'on défend. Il faut les respecter les coureurs, du premier au dernier et leur laisser leur terrain d'expression."



Revivez notre direct commenté