Cyclisme

Fernando Gaviria (Quick-Step) a remporté la première étape du Tour de France samedi à Fontenay-le-Comte (Vendée). Il endosse le maillot jaune.

Le Colombien s'est adjugé le sprint final devant Peter Sagan (Slo - Bora-Hansgrohe) et Marcel Kittel (All - Katusha-Alpecin). Gaviria, qui fait ses débuts sur la Grande Boucle, a parcouru les 201 kilomètres séparant Noirmoutier et Fontenay-le-Comte en 4h23:32. Le premier Belge, Timothy Dupont (Wanty - Groupe Gobert), est douzième dans le même temps.

Oliver Naesen finit 37e de l'étape mais en ayant récupéré une seconde de bonification, il se hisse à la quatrième place au général.

Des favoris déjà distancés

De nombreux favoris ont connu une fin de course agitée en raison de différentes chutes survenues dans le peloton. Le tenant du titre Chris Froome, notamment, a chuté à 5 kilomètres de l'arrivée mais a pu rapidement reprendre la course. Il figure à la 91e place au classement général provisoire, à plus d'une minute du leader.

Le fil de la course

Peu après le départ de cette étape inaugurale, un trio de coureurs, Yoann Offredo (Fra - Wanty Groupe Gobert), Jérôme Cousin (Fra - Direct Énergie) et Kevin Ledanois (Fra - Fortuneo - Samsic) a rapidement pris le large, l'écart avec le peloton grimpant à 3:45 après 45 kilomètres de course. L'écart tombait à 2:30 à une centaine de kilomètres de la fin. A 80 kilomètres, un sprint était prévu à La Tranche-sur-Mer. Les trois hommes ne l'ont pas joué, Jérôme Cousin franchissant le premier la bannière verte, devant Kevin Ledanois et Yoann Offredo.

Les trois mêmes coureurs se sont par contre disputés le maillot à pois à la Côte de Vix, à 28 kilomètres de l'arrivée. C'est Kevin Ledanois qui a franchi le sommet en premier. Ledanois allait ralentir la cadence et être rejoint par le peloton à 21 kilomètres de l'arrivée alors que ses deux comparses connaissaient encore 30 secondes d'avance. Ceux-ci devaient toutefois être repris à une dizaine de kilomètres de l'arrivée. C'est également à cette distance qu'une chute est survenue dans le peloton impliquant notamment Arnaud Demare (Fra - Groupama - FDJ).

Le deuxième étape dimanche présente le même profil que la première. Longue de 182,5 kilomètres, elle partira de Mouilleron-Saint-Germain pour arriver à La Roche-sur-Yon, toujours en Vendée.

Offredo "combatif du jour"

Le coureur français de l'équipe belge Wanty-Groupe Gobert faisait partie de l'échappée du jour. Il a été récompensé avec le prix du "combatif du jour". Une belle vitrine pour l'équipe continentale. Son directeur sportif, Hilaire Van Der Schueren, était ravi à l'arrivée: "On a joué la-dessus: j'avais 'dit on prend les pois on le prix de la combativité'. Et on a réussi!"

"Dommage pour la chute à la fin, on perd du temps avec Guillaume (Martin, ndlr)). Il n'est pas blessé, c'est le plus important", explique ensuite le directeur sportif.

Wanty se mettra-t-elle encore en évidence demain? Probablement pas: "Demain on sera un peu plus calme car après-demain c'est le contre-la-montre par équipe. On sera de nouveau à l'attaque à partir de mardi", annonce Van Der Schueren.


Philippe Gilbert: "On a l'impression que ça va s'arrêter, mais ça continue"

Philippe Gilbert était heureux d'avoir aidé son équipier colombien Gaviria à lever les bras sur la ligne d'arrivée: "Honnêtement, on a fait un boulot extraordinaire. On avait prévu plus ou moins ce qui s'est passé et c'était parfait. Ca reste des moments incroyables." Selon le coureur, c'est un avantage important que de gagner dès le début de ce Tour. "Maintenant on aura moins de pression, c'est certain. mais il fallait le faire, je veux dire que tout le monde avait la même ambition aujourd'hui, on savait qu'il y avait double intérêt, étape plus maillot", explique l'ancien Champion du Monde. "Donc voilà, on l'a réussi. je pense que dans les 15 derniers kilomètres, on a très bien manoeuvré. Il ne faudra pas oublier Tim Declercq qui a travaillé depuis le début et qui va seulement arriver dans quelques minutes, on la fêtera avec lui également.. On savait qu'il fallait être devant. On m'a parlé d'une chute mais je ne suis même pas sûr, je n'ai pas vu ce qui se passait derrière. Nous on s'est concentré sur notre course, à garder Fernando tout le temps devant et c'est ce qu'on a fait."

Cette victoire est la 52ème de la saison pour l'équipe Quick-Step. Un total impressionnant qui semble même étonner le coureur: "On a l'impression qu'on a déjà fait beaucoup et quer ça va s'arrêter mais à chaque course où on prend le départ ça continue. On vit des moments incroyables."


Revivez notre direct commenté