Cyclisme

Découvrez le profil de chaque étape du Tour de France 2013 (les étoiles indiquent le degré d'importance théorique):

1re étape Porto-Vecchio - Bastia, **
Au lieu du traditionnel prologue, l'étape d'ouverture s'adresse aux sprinteurs qui se disputent le premier maillot jaune du Tour 2013.

2e étape Bastia - Ajaccio, ***
Du nord-est au sud-ouest, la course traverse la Corse par le col de Vizzavona. L'arrivée est précédée d'un petit mur, dans Ajaccio.

3e étape Ajaccio - Calvi, ***
La Corse dévoile ses beautés sur un parcours casse-pattes. Courte mais piégeuse, l'étape épouse plus ou moins la côte ouest de l'île.

4e étape Nice - Nice, *** (contre-la-montre par équipes)
Les "gros moteurs" disposent d'un parcours en forme d'aller-retour. Moyenne élevée à prévoir.

5e étape Cagnes-sur-Mer - Marseille, **
L'étape provençale est dessinée pour les sprinteurs malgré l'approche de Marseille par le col de la Gineste.

6e étape Aix-en-Provence - Montpellier, **
Les sprinteurs sont avantagés dans cette étape de transition qui rejoint Montpellier, par l'intérieur des terres. Attention au risque de vent.

7e étape Montpellier - Albi, ***
Baroudeurs ou sprinteurs ? Les deux catégories ont leur chance dans cette étape, accidentée dans sa première partie, rectiligne pour finir.

8e étape Castres - Ax-3 Domaines, *****
L'enchaînement du port de Pailhères, géant ariégeois méconnu, et de la montée d'Ax-3 Domaines approche de l'idéal pour la première arrivée en altitude.

9e étape Saint-Girons - Bagnères-de-Bigorre, ****
Cinq cols pour franchir les Pyrénées à saute-mouton: Portet d'Aspet, Menté, Peyresourde, Azet, Hourquette d'Ancizan, avant de rejoindre la vallée.

10e étape Saint-Gildas-des-Bois - Saint-Malo, **
Pour rallier la cité des corsaires, la course traverse la Bretagne, fille aînée du cyclisme français. Jour de fête en perspective.

11e étape Avranches - Mont-Saint-Michel, ***** (contre-la-montre individuel)
Avantage aux rouleurs près de la "merveille de l'Occident". Le parcours normand, plat, privilégie les spécialistes les plus puissants.

12e étape Fougères - Tours, **
De la Bretagne au val de Loire, le parcours autorise une moyenne élevée. Un sprint est prévisible à Tours où l'arrivée est jugée aux portes de la ville.

13e étape Tours - Saint-Amand-Montrond, **
Dans le centre de la France, l'éternel match entre les échappées et les équipes des sprinteurs se poursuit.

14e étape Saint-Pourçain-sur-Sioule - Lyon, ***
Après dix ans d'absence, le Tour revient à Lyon. Le routes vallonnées sont favorables aux baroudeurs mais le sprint est tout à fait envisageable. 

15e étape Givors - Mont Ventoux, *****
La plus longue étape de l'épreuve se conclut par l'interminable ascension du Géant de Provence. Les 20,8 kilomètres sont l'un des grands mythes du Tour.

16e étape Vaison-la-Romaine - Gap, ***
L'approche des Alpes se fait sur des routes propices aux attaques. Mais les baroudeurs doivent être tout-terrain.

17e étape Embrun - Chorges, ***** (contre-la-montre individuel)
A l'entrée des Alpes, un "chrono" très accidenté et spectaculaire au-dessus du lac de Serre-Ponçon. Deux vraies montées et deux descentes acrobatiques.

18e étape Gap - Alpe d'Huez, *****
La boucle finale de 54 kilomètres prévoit deux ascensions de l'Alpe d'Huez entrecoupées d'une descente impressionnante. L'étape-choc.

19e étape Bourg-d'Oisans - Le Grand-Bornand, ****
Deux grands classiques (Glandon, Madeleine) pour commencer, trois autres cols (Tamié, Epine, Croix-Fry) sensiblement moins longs pour finir.

20e étape Annecy - Annecy-Semnoz, ****
A la veille de l'arrivée, les deux derniers cols du Tour (Mont Revard et Semnoz). La distance et le terrain se prêtent aux manoeuvres collectives.

21e étape Versailles - Paris Champs-Elysées, *
Le défilé traditionnel se fait en début de soirée pour rejoindre la plus célèbre avenue du monde. C'est la fête pour les sprinteurs.