Cyclisme Greg Van Avermaet a fait du Tour du Benelux (Ex-Eneco) un véritable objectif.

L’épreuve a changé de sponsor principal et, dès lors, de nom, et pourtant, le Tour du Benelux reste le même dans sa conception, alors que sa treizième édition sera disputée cette semaine.

La course à étapes belgo-néerlandaise du WorldTour est devenue le BinckBank Tour, puisque l’entreprise néerlandaise de courtage en bourse cotée à la Bourse d’Amsterdam a pris la succession d’Eneco, une société de production d’énergie verte.

Le maillot rouge et blanc de leader aura cette fois une teinte vert clair et l’on peut imaginer que, comme les années précédentes, les spécialistes des classiques seront encore à la fête. Avec trois étapes promises aux sprinters dans la première partie de l’épreuve, un court (9 km seulement) contre-la-montre, deux étapes plus vallonnées dont, samedi, celle tracée en Ardenne qui finira à Houffalize après les ascensions des côtes du Muizenberg, Halembaye, la Richelle, le barrage de la Gileppe, la baraque Michel, Provedroux, bois des Moines et Saint-Roch, la course finira au sommet du mur de Grammont, dimanche, après une ultime étape flandrienne.

La 13e édition du Tour des Plats Pays offre une chance unique aux hommes des classiques et du printemps, aux Belges notamment, de se mettre en évidence. Et parmi ceux-là, outre Tim Wellens, double lauréat et seul Belge vainqueur de l’épreuve, du débutant Wout Van Aert, de Philippe Gilbert et de son successeur au palmarès du Championnat de Belgique, Oliver Naesen, Greg Van Avermaet a fait de l’épreuve un objectif majeur.

"C’est une course qui m’a toujours convenu, l’an dernier, j’avais raté le podium de peu, dit le Flandrien, 5e, 2e et 4e de l’EnecoTour, ces trois dernières années. J’avais de bonnes sensations à la Clasica San Sebastian (8e), je suis impatient et motivé, notamment parce que c’est toujours agréable de courir en Belgique. Et puis, je peux profiter de la course pour marquer des points très importants pour le WorldTour, où j’ai cette année une chance unique, comme je n’en aurais sans doute pas d’autre dans ma carrière, de m’imposer."

Cette semaine, Van Avermaet va aussi retrouver son ami Peter Sagan, l’un des rares à encore pouvoir le menacer au classement du WorldTour avec Tom Dumoulin, lui aussi un des favoris de ce BinckBank Tour.