Cyclisme

Déjà à l'offensive lors de la quatrième étape de ce Tour de France, Guillaume Van Keirsbulck a une nouvelle fois échoué dans sa tentative d'emmener à l'arrivée l'échappée dont il faisait partie. 

Le coureur de Wanty-Groupe Gobert a été repris à seize kilomètres du terme avec les quatre autres fuyards qui l'accompagnaient. Très généreux tout au long de l'étape, le Roularien aurait bien voulu se consoler avec le prix de la combativité, finalement octroyé à l'Australien Luke Durbridge.

"Je ne comprends pas. Quand nous nous sommes échappés sur la côte après 52 km, c'est moi qui ai roulé en tête presque tout le temps. Je ne sais pas comment ce prix de la combativité m'a échappé. J'ai roulé aussi pour cela."

Van Keirsbulck a également parlé du déroulement de l'étape, éprouvante malgré l'absence de dénivelé. "Cette journée fut vraiment très rapide. J'ai embrayé dès le départ, puis nous nous sommes retrouvés à cinq en tête. On était vraiment à bloc pendant 30 bornes, mais le peloton ne nous a jamais laissé de liberté. Notre tentative était vaine, car nous n'avons jamais pris une marge importante sur le peloton."

"Mes jambes sont encore bonnes", a-t-il enchaîné au sujet de son état de forme. "Je m'améliore au fil des jours de course. Il me faudrait une quatrième semaine. L'an dernier, j'avais tenté d'attaquer sur les Champs Elysées mais c'est impossible de sortir. Il faudra voir les possibilités dans le dernier tour, sinon on misera sur le sprint dimanche."