Cyclisme Envoyé spécial en France

Au lendemain de l’étape des Vosges où la malchance le frappa de plein fouet en le retardant inexorablement au pied de la montée finale vers la Planche des Belles Filles, au terme de laquelle il déboursa deux minutes, Jurgen Van den Broeck a d’emblée entamé son opération grignotage, hier. Dans le col de la Croix, l’Anversois porta même une accélération sur le haut de l’ultime montée avant de tenter encore sa chance sur la fin de l’étape.

"Je cherchais à reprendre du temps, je ne songeais pas à gagner l’étape", déclara le coureur de Lotto-Belisol peu après l’arrivée. Le Campinois avait retrouvé le sourire. Preuve que l’incident de la veille, où il avait sans doute commis l’erreur de tenter de revenir trop vite sur ses rivaux, après avoir perdu une minute sur un saut de chaîne à douze bornes du but, n’était vraiment qu’un accident. "La course n’est pas finie, je le répète depuis hier", affirmait encore VDB. "Je ne voulais pas rester sur un contrecoup mental. J’avais de bonnes jambes, mais depuis le départ, je me sens bien. S’il n’y avait pas eu la malchance Je connaissais bien cette étape, de la voiture on m’a dit que beaucoup semblaient fatigués. J’ai décidé de tenter quelque chose. Jelle a donné un rythme fantastique à la course. J’espérais faire mal à certains adversaires. Nous n’étions plus que huit et ce n’était même pas un vrai col "

Notre compatriote poursuivi son effort dans la descente vers Porrentruy, puis même sur le plat. "Sur la fin, j’ai vu les autres passer un rond-point sur la droite, moi à gauche, mais je me suis heurté à un fort vent de face", expliquait-il. Voici Van den Broeck remonté au 8e rang du général, juste sur les talons de Maxime Monfort. "Je peux encore progresser", disait-il. "Le top-5 serait super, en effet, mais on verra. Notamment après le chrono de dimanche. Il sera très important. J’ai beaucoup travaillé pour m’améliorer dans cet exercice. Au Dauphiné, j’ai vu que j’étais sur la bonne voie, j’espère confirmer demain."