Cyclisme

Avant de passer en cabine pour commenter, le Belge est déjà en action depuis plusieurs heures.

Rodrigo Beenkens, le célèbre commentateur de la RTBF, nous a dévoilé sa journée type sur le Tour. Depuis son réveil jusqu’au coucher, voici les six moments clés de sa journée classique.

1. Un réveil matinal

La journée sur le Tour débute tôt pour le commentateur vedette du service public.

"Je me lève entre 5 heures et 6 heures du matin; cela dépend de quand je me suis couché la veille, raconte-t-il. Dès que je me lève, il faut que j’ai la pêche très vite parce que parfois, je mets du temps à me réveiller. Dans cette optique, je réalise un petit travail de stimulation énergétique, c’est-à-dire que je porte une sorte de paire de lunettes dans lesquelles j’ai programmé des musiques, par exemple. C’est un système à la fois auditif et visuel. Il y a à la fois de la lumière qui vient dans mes yeux et de la musique dans mes oreilles. Cela dure une dizaine de minutes et je dois bien avouer que ce système marche très bien."

Après ce réveil et après une douche, Rodrigo consulte la presse internationale sur sa tablette. "Ce n’est pas parce que je n’aime pas la presse belge que je ne la lis pas, il y a deux raisons à cela. D’un côté, Martin Weynants, du web, effectue une revue de presse belge quotidiennement et d’un autre côté, cela m’évite d’être redondant avec vous (NdlR : la presse écrite) . En fonction de ce qu’il s’est passé la veille, je lis les journaux en rapport avec l’actualité. Par exemple, après la victoire d’Aru, j’ai lu la Gazetta dello Sport le lendemain. Puis, je jette aussi un coup d’œil à la presse locale afin d’obtenir d’autres informations sur le coin où le Tour passe."

2. Débat au petit-déjeuner

Environ une heure et demie après le réveil, Beenkens prend son petit-déjeuner. "Suite à ma lecture de la presse internationale et locale et après mon exercice de stimulation énergétique, j’arrive au petit-déjeuner avec déjà énormément d’infos dans ma tête et tout en me sentant en pleine forme, confie-t-il

(...)