Cyclisme

Thomas De Gendt (Lotto Soudal) a remporté la 19e étape du 72e Tour d'Espagne cycliste (WorldTour) disputée vendredi sur la distance de 147,9 km entre Caso et Gijon. Notre compatriote a devancé le Colombien Jarlinson Pantano (Trek-Segafredo) et l'Espagnol Ivan Garcia (Bahrain-Merida) au terme d'un sprint à neuf très serré. De Gendt devient le 101e coureur à remporter une étape sur chacun des Grands Tours.

Pas de changement en tête du classement: le Britannique Chris Froome (Sky), arrivé 29e à 12:15, reste leader avec 1:37 d'avance sur l'Italien Vincenzo Nibali (Bahrein-Merida) et 2:17 sur le Néerlandais Wilco Kelderman (Sunweb) à deux jours de l'arrivée à Madrid. L'Espagnol Alberto Contador (Trek - Segafredo), le grand animateur de l'étape, reste cinquième à 3:34.

Cette 19e étape courue sur 149 km assez vallonnés avec quatre montées dont une de première catégorie servait d'avant-goût à la journée de samedi où les coureurs vont affronter le redouté Alto de Angliru.

Après la victoire de Sander Armée jeudi, les Belges étaient dans une bonne dynamique. Dès le départ, Edward Theuns (Trek-Segafredo) et Laurens De Vreese (Astana) sont partis à l'attaque. Finalement, un groupe de 21 coureurs s'est retrouvé devant à une cinquantaine de kilomètres de l'arrivée. Parmi eux, on retrouvait trois autres Belges, De Gendt (Lotto Soudal), Floris De Tier (LottoNL-Jumbo) et Kenneth Vanbilsen (Cofidis). Mais aussi Romain Bardet, Matteo Trentin, qui a remporté le sprint intermédiaire, et Bob Jungels (Quick-Step Floors), Nicolas Roche (BMC), Rui Costa (UAE Team Emirates), Pantano (Trek-Segafredo) et Ivan Garcia Cortina (Barhain-Merida).

Garcia a préféré anticiper la dernière ascension et est parti seul. Le Colombien a creusé rapidement l'écart. Au pied de la dernière montée, il comptait une minute d'avance sur ses ex-compagnons et 15 minutes sur le peloton. Derrière l'homme de tête, Roche a contre-attaqué, suivi par Bardet. Au terme d'un gros effort, le Français a fait la jonction avec Garcia, alors que Roche et Rui Costa suivaient à une dizaine de secondes. Ces deux hommes sont revenus dans la descente et un quatuor s'est donc formé en tête à 8 kilomètres de l'arrivée.

Dans les rues de Gijon, à trois bornes de la ligne, d'autres coureurs sont venus se joindre au groupe de tête dont De Gendt, qui a tenté en vain sa chance sous la flamme rouge. La victoire allait se jouer au sprint. Roche l'a lancé de loin mais s'est fait remonter par Garcia avant que De Gendt ne surgisse et remporte la victoire, 24 heures après celle de son coéquipier Armée.