Cyclisme Le Belge a mené à bien une échappée matinale sur une étape pourtant très plate, dont Viviani était le grand favori.

Quel dénouement ! Alors qu'il était embarqué dans une échappée "publicitaire" avec Jetse Bol (Burgos) et Sven Erik Bystrom (UAE Emirates), Jelle Wallays (Lotto Soudal) s'est montré le plus malin ce jeudi, sur la Vuelta.

Alors que l'écart n'était que d'une minute à dix kilomètres du but, ce qui devait théoriquement suffire au peloton pour reprendre tranquillement l'échappée dans les deux derniers kilomètres, Wallays et Bystrom avaient visiblement été bien malins en gardant suffisamment d'énergie sous la pédale pour accélérer nettement dans les derniers kilomètres de cette 18e étape et lâcher leur compagnon d'échappée néerlandais.

Les 16 secondes d'avance du duo sous la flamme rouge étaient suffisantes pour que Wallays reste dans la roue du Norvégien et le déborde à 200 mètres du but. Sagan, lui, lançait le sprint de très loin mais échouait à un petit mètre du Belge et du Norvégien, à la troisième place.

C'est donc sur l'une des étapes les plus difficiles à gagner pour un coureur belge, sur papier, que Jelle Wallays a mis fin à une disette nationale qui courait depuis la victoire de Tim Wellens sur la quatrième étape du Giro de cette année. Le vainqueur de Paris-Tours 2014 et d'A travers les Flandres 2015 ajoute donc une magnifique ligne à son palmarès. Le natif de Roulers n'avait jamais gagné d'étape sur un Grand Tour et sauve ainsi la Vuelta de la Lotto Soudal, qui espère désormais ramener le maillot de meilleur grimpeur à Madrid grâce à Thomas De Gendt.

Aucun changement n'est à signaler au classement général après l'étape de ce jeudi.