Football Frank Acheampong a inscrit un magnifique doublé malgré une blessure au genou qu’il traîne depuis des mois.

" I’m so happy. Je suis si heureux."

Comment pouvait-il en être autrement pour Frank Acheampong qui a fait basculer le match à lui seul et fait faire à Anderlecht un grand pas vers la qualification. "Rien n’est fait pour le retour", dit-il pourtant. "Il ne faudra pas leur laisser la moindre chance en Russie."

Vous avez inscrit deux superbes buts face à un fameux adversaire…

"C’est juste normal. J’ai toujours envie de me montrer dans une grande compétition comme l ’Europa League. Pour moi, mais aussi pour l’équipe. Sans elle, je ne marque pas."

Vous avez dit merci à Stanciu pour la passe sur le 1-0 ?

"Oui. Il sait exactement où mettre le ballon."

Lui, vous et d’autres ont prouvé que le banc avait faim.

"À Anderlecht, tout le monde peut jouer. Nous avons un gros groupe et c’est bon de parfois bien de changer."

Vous avez pu utiliser l’espace laissé par le Zenit.

"Il fallait se concentrer et rester en bloc. On a su profiter de leurs erreurs."

Vous avez prouvé que vous pourrez aider Anderlecht dans les semaines à venir…

"J’espère pouvoir aller chercher un titre avec l’équipe. C’est ce à quoi je pense tout le temps."

Comment expliquez-vous votre excellent match ?

"Bon, moi ? Ce n’était pas un grand match de ma part. Je ne suis pas à mon niveau."

Pas à votre niveau ?

"Je dois vraiment travailler mon endurance. Je ne suis pas satisfait de nombreuses petites choses dans mon jeu."

Vous manquez juste de rythme !

"Je n’ai plus joué depuis un moment. J’ai eu une petite blessure donc j’ai dû bosser dur pour revenir. Je dois en faire encore plus d’efforts."

C’est à cause de la fatigue que vous êtes sorti après une heure de jeu ?

"Je n’étais pas fatigué mais j’ai senti une douleur à l’arrière du genou. Je traine cela depuis depuis Saint-Etienne. Je n’ai pas eu le temps de me reposer depuis car j’ai eu la Coupe d’Afrique. Je pensais être au repos cette semaine mais j’ai joué…"

Vos équipiers se rendent compte que vous vous sacrifiez pour l’équipe ?

"Les gens ne savent pas trop ce que je fais avant. Mais s’il faut aller un peu plus loin pour aider, je le fais."

En fait, c’est toujours en Europa League que vous vous sublimez. L’an passé vous marquez contre Monaco, le Shakhtar et l’Olympiacos…

"Oui j’avais déjà fait de chouettes choses. Quand je suis à ma position, je peux montrer au monde ce que je peux faire. Je n’y avais plus joué depuis longtemps."

Vous jouiez face à Branislav Ivanovic, l’ancien latéral de Chelsea. Pensez-vous qu’il fera des cauchemars de vous ?

"Je ne pense pas. J’ai des armes et je les ai utilisées contre lui."