Football

Le sélectionneur néerlandais, Dick Advocaat, qui observe que «pour les Allemands, le match contre les Pays-Bas a été le meilleur des deux dernières années», ne comprend pas les critiques des médias de son pays après le nul (1-1) de mardi à Porto. «Après le résultat nul, je ne comprends pas pourquoi nous aurions été mauvais. Je pense que c'est un bon résultat», a insisté jeudi le technicien, à deux jours du match contre le troisième favori du groupe, la République Tchèque, à Aveiro.

Fréquemment la cible de critiques de ses prédécesseurs, Johan Cruyff, Louis van Gaal ou d'autres, consultants de télévisions néerlandaises, Advocaat, 56 ans, donne l'impression d'être poussé dans ses retranchements. «C'est normal de se défendre», a-t-il lancé avec humeur. Les conférences de presse avec des journalistes néerlandais donnent fréquemment lieu à des échanges incisifs. Un peu comme au tribunal avec Advocaat sur le banc de l'accusé. Curieusement, ses discussions avec les médias paraissent en contradiction avec les rapports de l'entraîneur avec ses joueurs. N'a-t-il pas déclaré avant le match contre la Mannschaft de Rudi Voeller: «Je ne suis pas un entraîneur qui explique tout à chaque joueur sur chaque décision.» En ajoutant cependant que «s'ils viennent pour demander quelque chose, je suis toujours disponible.»

Les vifs débats avec les journalistes portent sur le système à adopter, Advocaat l'ayant changé plusieurs fois, et, à partir de là, des joueurs à titulariser. Une controverse qui semble moins toucher les joueurs. «Tous les joueurs de cet Euro ont un niveau qui leur permet de changer de système», a souligné avec philosophie l'attaquant néerlandais Ruud van Nistelrooy, 27 ans. «Ce n'est pas important ce que je pense personnellement. Nous savons ce que nous voulons: gagner», a souligné le buteur de Manchester United jeudi.

Dick Advocaat a été joueur de 1967 à 1984, son dernier club ayant été le FC Utrecht. Il a été pour la première fois sélectionneur national de 1992 à 1994, pour partir ensuite au PSV Eindhoven (1995-1998) puis aux Glasgow Rangers, signant ses meilleurs résultats avec ses deux clubs. Il a repris les commandes de la sélection en 2002 en vue de la qualification pour l'Euro au Portugal, obtenue non son mal en matches de barrage contre l'Ecosse. Les maîtres de Dick Advocaat sont l'Autrichien Ernst Happel, qui l'a soutenu comme jeune joueur, et le Néerlandais Rinus Michels, qui l'a fait venir comme assistant.

C'est un travailleur méticuleux, mais comme il n'a jamais joué pour l'un des grands clubs traditionnels du pays, tels l'Ajax Amsterdam, le Feyenoord Rotterdam ou le PSV Eindhoven, il ne jouit pas de la même popularité que ses illustres prédécesseurs.

Le contrat de Dick Advocaat court jusqu'en 2006, l'année du Mondial en Allemagne, mais pourrait être rompu en cas d'Euro manqué.

«Si je ne suis pas satisfait, je m'en vais», a-t-il lui-même récemment affirmé.

© Les Sports 2004