Football Les 3.100 supporters veulent qu’Anderlecht vise la qualification. Weiler pense aussi à Bruges.

Seize ans et demi après sa dernière visite à Old Trafford, Anderlecht est de retour au Théâtre des Rêves. Ou - en ce qui concerne les Mauves - le Théâtre des Cauchemars.

En 1956, l’Anderlecht de Jef Mermans s’est pris un 10-0 à Manchester United. En 2000, celui de Jan Koller est rentré avec un 5-1. 15-1 en deux matches : Anderlecht ne s’est pris nulle part ailleurs en Europe des claques comme à Old Trafford.

La bande de José Mourinho va-t-elle infliger une troisième raclée au Sporting ? Si cela dépendait des supporters d’Anderlecht, la réponse serait négative. Ils seront 3.100, ce soir, à Manchester. Et un nombre record va suivre le match à la télé.

Via les réseaux sociaux, ils ont fait connaître l’importance de ce match à leurs yeux. Leur message à René Weiler : "Mets ta meilleure équipe. Ce n’est pas à chaque saison qu’on est à 90 minutes d’une demi-finale d’une Coupe d’Europe.’

La dernière demi-finale date de 1990 (contre le Dinamo Bucarest), quand les Mauves ont atteint le dernier stade de l’épreuve (défaite 2-0 contre la Sampdoria). Seulement voilà, 65 heures après le dernier coup de sifflet de l’arbitre espagnol Mallenco, Anderlecht joue un match crucial dans la course au titre, contre le Club Bruges. Le Sporting peut mettre le Club à neuf points et l’éliminer dans la course au titre. Le message de la direction est clair : le titre est un must, la Ligue Europa ne l’est pas.

"Néanmoins, nous rêvons des demi-finales", déclarait le président Vanden Stock, dont le premier match en Ligue des Champions était celui à Manchester, en 2000. "Les Anglais doutent peut-être un tout petit peu, vu leur seconde mi-temps de la semaine passée. Ce ne sera pas facile dans cet enfer, mais on va jouer le coup à fond."

Jusqu’à présent, Weiler a toujours fait tourner son équipe. Et même s’il ne le dit évidemment pas tout haut, sa meilleure équipe jouait en Jupiler Pro League. Le cas-Teodorczyk en est le meilleur exemple. Contre Saint-Pétersbourg, et à domicile contre Manchester, c’est Kiese Thelin qui a débuté.

Ce soir, il faut à nouveau s’attendre à des changements. "Je vous comprends", disait Weiler à sa dernière conférence de presse. "Ce serait logique que je mette mon meilleur onze . Mais j’ai plusieurs options en tête. C’est compliqué de toujours mettre son meilleur onze , alors qu’on joue tous les trois jours. Mais moi, j’ai la chance d’avoir un meilleur seize ou même dix-huit."

Pour Weiler , le titre est-il aussi prioritaire que pour la direction ? Le Suisse est jeune et ambitieux et veut se montrer dans toute l’Europe. "Je comprends aussi la direction. Pour tous les clubs d’Europe, le titre est le plus important. Mais pour moi, c’est le prochain match qui est le plus important."

Les sites de paris ne croient pas au miracle. Sur betFIRST, une qualification de Manchester ne rapporte que 1.08 la mise. Weiler : "Une qualification est possible, mais il faut rester réaliste. Manchester atteint un très haut niveau. Il suffit de regarder son match contre Chelsea, qui n’a pas tiré une fois au but. Manchester n’a pas perdu ses 22 derniers matches et n’a perdu que trois fois cette saison. Ce sera très dur. Il faudra jouer le match parfait. Et il faudra marquer. J’ai encore le temps de réfléchir sur la manière d’opérer."