Football

Presque sans trembler, les Mauves se sont imposés face à Lokeren. Des buts de Mitrovic, Mbemba et Praet ont scellé le sacre des Bruxellois (3-1).

Anderlecht l'a fait ! Les Mauves n'ont pas craqué dans cette dernière manche décisive. Pourtant, face à eux, Lokeren a défendu avec ses armes et n'a rien lâché. Présentant même de temps en temps une agressivité à la limite du correct.

Mitrovic, bien servi par Praet, faisait déjà planer le public mauve à la 19e minute sur une tête imparable (1-0). Beaucoup croyaient alors que le plus dur était fait, d'autant que les Mauves géraient toute la première mi-temps de maitre façon, affichant une possession de balle de 63%. Seul bémol: la blessure de Proto suite à un contact avec De Pauw et un Mondial peut-être compromis pour le dernier rempart bruxellois.


M. Boucaut relance le suspense

À la 55e, ce ne sont plus des chants de joie qui retentissent dans le Parc Astrid mais bien un silence synonyme de stupeur. En effet, Vanden Borre écopait d'une carte rouge contestable pour une faute hors de la surface mais sifflée… dans le rectangle. Double coup dur pour les Mauves qui voiyaient alors Harbaoui inscrire une 22e rose dans notre championnat et leur mettre une énorme pression.

Le stress pour le public anderlechtois ne durera finalement que… 2 minutes. A la 57e minute, Koen Persoons prenait à son tour une carte rouge (également contestable) pour un tacle un peu trop appuyé. Sur le coup-franc qui suivait, Tielemans voyait sa frappe être maladroitement repoussée par Verhulst. Mbemba, qui trainait par là, libérait tout un stade (2-1).

Anderlecht surfait alors sur la vague et Praet tuait tout suspense à la 67e sur un but opportuniste qui faisait suite à un énorme travail, une fois de plus, d'un Kouyaté encore monstrueux dans l'entrejeu. Voilà un bonhomme que la direction mauve devra songer à remplacer la saison prochaine si elle ne parvient pas à le conserver.

Mais avant de se poser toutes ces questions, les Anderlechtois peuvent faire la fête et embrasser langoureusement un 33e trophée de champion de Belgique… venu les rejoindre par hélicoptère.

L'ancien entraîneur John van den Brom félicite les mauves et blancs

John van den Brom n'a pas oublié Anderlecht. Dès que le coup de sifflet final de la rencontre contre Lokeren (3-1), qui offre aux mauves et blancs un 33-ème titre de champion de Belgique, le Néerlandais a félicité son ancien club via Twitter.

"Je félicite chaleureusement Anderlecht pour l'obtention de son 33-ème titre", a en effet tweeté le Néerlandais, licencié le 10 mars du poste d'entraîneur des Bruxellois. Deux jours plus tôt, Anderlecht avait subi sa neuvième défaite de la saison sur la pelouse d'Oud-Heverlee Louvain, rendant sa position intenable.

Van den Brom a été remplacé par son assistant Besnik Hasi, qui a mené Anderlecht à un titre inattendu grâce à des play-offs remarquables (22 points sur 30). Hasi lui-même a déclaré que le 33-ème titre des Bruxellois était aussi pour van den Brom.

Le Diable Rouge Vincent Kompany, ancien joueur du RSCA, a également félicité son ancien club sur Twitter. "Félicitations Anderlecht. De manière inattendue, encore champion. Profitez-en! Content pour Hasi, quel coup de maître."

Le Standard s'en contentera

En s'imposant 1-0 face à Genk, les Rouches ont assuré la deuxième place et peuvent remercier un Kawashima de classe mondiale en fin de partie. Mais la perte du titre, qui s'envole du côté d'Anderlecht, doit laisser un goût amer…

Comme à Lokeren, le Standard ouvrait la marque très tôt dans la partie grâce à un but de Carcela deux minutes à peine après le coup d'envoi. Le centre de Daniel Opare était contré mais son équipier marocain récupérait le cuir pour le propulser dans la lucarne de Koteles.

Menaçant par intermittence, le Standard s'endormait quelque peu et laissait Genk revenir dans la partie. Malgré plusieurs occasions, notamment limbourgeoises en fin de partie, le score ne changera plus et les Liégeois assurent ainsi les tours préliminaires de la Champion's League.

Buteur face à Anderlecht, notons qu'Harbaoui s'offre le titre de meilleur buteur au nez et à la barbe d'un Michy Batshuayi une nouvelle fois muet (22 buts contre 21).