Anderlecht : fin du procès Nottingham

Yves Taildeman Publié le - Mis à jour le

Football

L'affaire Anderlecht - Nottingham Forest est définitivement close. Après dix ans de procédures devant le tribunal (et presque jour pour jour 23 ans après le fameux match !), le club anglais a jeté l'éponge. Nottingham - aujourd'hui 3e en League One, la D3 anglaise - n'insiste plus. Selon des sources anglaises, l'affaire appartient aux archives. L'information a été confirmée par Anderlecht.

L'abandon de Nottingham est une bonne nouvelle et une victoire importante pour le Sporting. Même si le procès n'était plus d'actualité ces dernières années, Anderlecht était toujours susceptible de devoir payer la somme rondelette de 10 millions d'euros exigée par les Anglais. Au Parc Astrid, personne non plus ne s'imaginait qu'Arie Haan gagnerait encore son procès contre Zetterberg et Constant Vanden Stock. Ces derniers lui doivent tous deux 3000 euros.

De quoi s'agissait-il dans l'affaire Nottingham ? Les quinze joueurs qui avaient perdu la fameuse demi-finale de la Coupe de l'UEFA contre Anderlecht du 25 avril 1984 avaient introduit une plainte auprès du tribunal de première instance de Bruxelles.

Le motif ? Ils voulaient un dédommagement pour avoir raté la finale de cette Coupe d'Europe. Pour rappel : ce match avait fait l'objet d'une grosse polémique après l'aveu de Constant Vanden Stock qui avait reconnu avoir prêté 1 million de francs belges à l'arbitre de ce match, l'Espagnol Guruceta Muro, décédé depuis lors.

L'affaire n'avait éclaté qu'en 1997. Pendant des années, Constant avait subi le chantage de Jean Elst et de René Van Aeken, qui étaient au courant du prêt. Lorsque le président a cessé de leur payer des sommes faramineuses, ces derniers ont balancé le scandale dans la presse.

L'UEFA a suspendu Anderlecht de la scène européenne pendant une saison, mais le Tribunal arbitral du sport (Tas), à Lausanne, annulait cette décision un peu plus tard.

Toutefois, Nottingham ne lâchait pas prise et se basait sur la formulation "tentative de corruption ou corruption" utilisée par l'UEFA pour attaquer Anderlecht en justice. Le 12 janvier 1998, l'affaire était introduite au tribunal de Bruxelles. Les quinze joueurs exigeaient 420000 euros chacun, plus les intérêts, soit presque 7 millions d'euros. Le club ajoutait 3,6 millions d'euros pour avoir loupé les recettes télévisées et d'autres rentrées.

Les avocats s'étaient échangé des conclusions mais ces derniers temps, Nottingham - où une toute nouvelle direction est au pouvoir - ne réagissait plus. Jusqu'à cette semaine.

Yves Taildeman

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM