Football

Les visages se veulent décontractés, les sourires se succèdent, mais dans la chaleur torride de l'été bruxellois, la tension est, déjà, palpable. Hugo Broos le sait, il joue déjà une bonne partie de sa saison ce soir, en recevant le Rapid Bucarest. «C'est tout simple: c'est tout ou rien. Tout le monde, au Sporting, connaît l'enjeu et mesure la différence qu'il y a entre une saison avec une Ligue des Champions et une saison sans aucune Coupe d'Europe. Je ne dois rappeler personne à l'ordre, la concentration est maximale.»

Jestrovic a sa fierté

Car le verdict, ce soir, sera en effet sans appel: pas de repêchage possible, encore, en Coupe de l'Uefa (ce sont les éliminés du troisième tour qui sont reversés en C 2). Financièrement, l'écart se mesure comme tel (dans les grandes lignes) : des bénéfices estimés à 7 millions € pour une bonne campagne en Ligue des Champions, un tout petit million en Coupe de l'Uefa (c'est ce qui s'est produit l'an passé pour le Sporting) et... rien si Rednic et les siens réussissent l'exploit ce soir.

«Financièrement, c'est important, mais moi, je me concentre sur l'aspect sportif de l'événement, poursuit Hugo Broos. Le 0-0 du match aller exclut tout calcul. Il faut tout simplement que nous gagnons. Que ce soit 5-4 ou 1-0, il ne faut pas faire des comptes d'apothicaire, il suffit de marquer un but de plus que le Rapid... C'est facile à dire, mais nous devons être capables de le faire, chez nous.»

A priori, le nul blanc de l'aller met les Bruxellois en position de force. Mais les qualités des Roumains en contre et la relative incertitude quant à la forme des attaquants mauves laisse planer un certain doute. «Mes attaquants ne m'inquiètent pas. Jestrovic n'a pas bien joué à l'aller, mais je le connais depuis très longtemps et je sais qu'il aura à coeur de mettre les pendules à l'heure. L'an passé, quand Nenad a été titularisé contre les Danois de Midtjylland, beaucoup se posaient des questions, mais il nous avait rassurés rapidement en inscrivant deux buts. J'espère que l'histoire se répétera et très sincèrement, j'ai confiance. Nenad a sa fierté. Il ne faut pas faire un drame parce qu'on a mal joué à Tubize. Tout le monde était déjà concentré sur le rendez-vous européen. On ne peut pas encore parler de crise de confiance...»

Ne rien jeter à la poubelle

L'entraîneur anderlechtois, comme prévu, n'a fait aucun mystère quant à la composition de son équipe. Puisque Deschacht s'est entraîné normalement avec le groupe, Broos reconduira le onze de la semaine passée.

«Ce seront les mêmes joueurs, mais peut-être pas la même occupation. D'un côté, il faut gagner, de l'autre, il faut se méfier des contres adverses, puisque c'est la force des champions de Roumanie. Il faudra dès lors être patient, intelligent et surtout, évoluer à notre meilleur niveau. Tout le monde attend notre qualification, moi aussi...»

C'est tout simple, en fait, Broos fait confiance à l'équipe qui a brillé au deuxième tour, la saison passée. Celle-ci s'est battue pour arracher la deuxième place du championnat. Pour ne pas jeter à la poubelle tout ce travail, elle se doit de gagner ce soir...

© Les Sports 2003