Football Vanhaezebrouck aimerait que chaque joueur ait un lit au centre de Neerpede.

Anderlecht se remet péniblement du 0-1 contre Genk, la première vraie gifle sous Hein Vanhaezebrouck. Mais le nouvel entraîneur d’Anderlecht ne baisse pas les bras. Hier, il était déjà très actif à l’entraînement avec les réservistes. Et dans les bureaux, il se fait également entendre.

Un des souhaits de Vanhaezebrouck est de faire construire des containers où ses joueurs peuvent dormir ou se reposer. Lors de sa première visite de Neerpede, le 1er octobre, l’absence de lits l’avait choqué. "Il est exclu qu’on construise un nouveau bloc", dit Vanhaezebrouck aujourd’hui. "Mais on est en train de voir ce qui est possible."

Vanhaezebrouck attache énormément d’importance à la nourriture saine et au sommeil de ses joueurs. Selon lui, ce sont deux critères indispensables pour pouvoir être performant au plus haut niveau. C’est d’ailleurs lui qui a dessiné les plans du nouveau centre d’entraînement - avec 42 chambres - de La Gantoise à Oostakker.

Anderlecht avait deux salles dortoir à Neerpede, mais elles ont disparu depuis l’arrivée de René Weiler. Une salle était située au rez-de-chaussée, l’autre au premier étage. Le service médical s’est installé au rez-de-chaussée, une salle de réunion a été aménagée au premier étage, et le reste a surtout été rempli par des bureaux.

"De toute façon, une salle dortoir, ce n’est pas l’idéal", dit Vanhaezebrouck. "Il suffit qu’il y ait un joueur qui fasse du bruit, pour que les autres soient réveillés. Il faut des endroits individuels. Quand on s’entraîne deux fois - ce qui sera plus souvent le cas quand notre programme sera moins lourd - il est désirable que les joueurs puissent s’isoler pour se reposer."

La semaine passée , une réunion a eu lieu au Sporting pour résoudre le problème. Des containers semblent être la solution la plus réalisable et la moins chère. Au LOSC, Marcelo Bielsa a obtenu la construction de 30 bungalows en forme d’igloo au Domaine de Luchin, son centre d’entraînement.

Autre frustration de Vanhaezebrouck : il trouve Neerpede "trop ouvert".

Vanhaezebrouck : "Il y a une porte électrique à l’entrée. Mais pour le reste, rien n’est fermé." Est-ce que les containers pourraient servir à cacher les terrains d’entraînement ? L’architecte Hein a encore plein de boulot…