Football La direction du Sporting espérait sans doute secrètement que la qualification pour la Ligue des Champions allait calmer les envies de départ d'Aruna. De toute évidence, la victoire contre Benfica, avec deux buts de l'Ivoirien, n'a pas eu l'effet escompté. «Qualifiés ou pas, je restais sur ma position: je veux toujours partir, annonce l'attaquant. Depuis le début de la saison, je me suis dit que c'était ma dernière année à Anderlecht. Je m'étais fixé des objectifs. Aujourd'hui encore, je fais tout pour les atteindre.»

Ses objectifs sont aussi clairs que son discours: le Soulier d'Or 2003 veut évoluer chaque semaine dans un grand championnat, quitte à être transféré dans une équipe de milieu de classement, qui ne dispute pas de Coupe d'Europe. «Je préfère aller jouer en Premier League, par exemple, plutôt que de rester en Belgique, poursuit la «perle noire» du Sporting. Non pas que je n'aime pas Anderlecht. Mais, ici, nous avons disputé six matches de Ligue des Champions l'an dernier et j'en ai manqué un. En Angleterre, je jouerais chaque semaine des matches de très haut niveau. J'estime que je progresserai plus vite ailleurs.»

Départ à 12 millions d'euros

Aruna privilégie l'aspect sportif. Pas question d'aller jouer en Ukraine, même pour un salaire six fois supérieur à celui qu'on lui proposerait en Premier League. «Être correct et se comporter en professionnel, c'est la seule manière de convaincre les dirigeants de me laisser partir, analyse le Joueur Pro de l'Année qui espère que le déplacement à La Gantoise, samedi, sera son dernier match sous le maillot mauve. J'attends qu'ils aient le même comportement. J'y crois toujours...»

Il ne se projette donc pas dans la situation où il devrait rester à Bruxelles. Il n'est pas en colère: «Pour l'instant, non. Mais ça pourrait changer. Je n'en sais rien car je n'ai aucune idée de comment je vivrais cette situation au 1er septembre.»

Dimanche, Aruna rejoindra la sélection ivoirienne pour affronter le Soudan, en qualification pour le Mondial 2006. À son retour, il espère que la situation sera débloquée. Il faudrait qu'un club offre 12 millions d'euros au Sporting: «Aruna, c'est 30pc d'Anderlecht, souligne Herman Van Holsbeeck, qui a reçu hier une nouvelle offre de West Bromwich. On ne peut pas le lâcher pour 8 millions. On essaie de le garder par respect envers nos supporters, mais, pour 12 millions, cela deviendrait difficile. C'est une belle somme pour un club belge. Surtout vu l'état actuel du marché européen et l'envie du joueur de partir. Mais il n'y a plus rien sur le marché. Et on ne veut pas acheter à la va-vite, comme par le passé.»

© Les Sports 2004