Football Laszlö Bölöni, le coach de l'Antwerp, était l'invité de La Tribune sur la RTBF ce lundi soir. Il n'a pas épargné Sa Pinto, qu'il avait déjà côtoyé comme joueur lorsqu'il était à la tête du Sporting Portugal.

Les deux hommes se sont affrontés ce dimanche lors du duel entre le Standard et l'Antwerp (1-1). A l'issue de la rencontre, Sa Pinto avait déclaré que si les Liégeois avaient tout fait pour l'emporter, son adversaire anversois, lui, "n'avait rien fait".

Bölöni, sur le plateau de nos confrères de la RTBF, a réagi en faisant part de son désaccord sur les propos du Portugais. "Je respecte ce qu'il dit mais je ne suis pas d'accord avec lui. Au niveau des statistiques, l'équipe qui ne joue pas au football, c'est-à-dire nous l'Antwerp, on a marqué 19 ou 20 buts et le Standard 17. Je reconnais qu'ils sont extraordinaires, ils sont très très bons et nous on est mauvais", a ainsi déclaré ironiquement le Roumain.

Bölöni est également revenu sur le caractère particulier de Sa Pinto, qu'il avait coaché lorsqu'il était entraîneur du Sporting Portugal (de 2001 à 2003). "Je ne vais pas faire de blagues ici et je vais être un peu méchant. Mon président au Sporting Portugal m'avait dit à la fin du championnat : 'On est champion mais on a eu une chance fantastique, c'est que Sa Pinto s'est blessé lors du premier match'. Ce n'est pas parce que c'était un mauvais joueur mais il a un caractère conflictuel. Vous savez quelle est la différence entre le bon Dieu et Sa Pinto ? Le bon Dieu, il ne veut pas être Sa Pinto. C'est un bon entraîneur mais il cherche toujours les conflits."

Voilà qui est dit...