Bruges doit rester maître de son sort

MICHEL DUBOIS Publié le - Mis à jour le

Football

ENTRETIEN

Gert Verheyen, est-ce un Bruges en crise qui va retrouver Milan?

En crise de résultats, sûrement. Cette carence, récente mais cruelle, induit forcément des questions. On n'est plus habitué à un tel parcours en dents de scie! On s'interroge, évidemment. Mais on n'a pas encore dégagé une seule raison qui expliquerait ce passage à vide. De là, les difficultés à s'extirper de cette crise.

De l'avis unanime, le problème est davantage mental que physique. Mental ou de mentalité?

La mentalité n'est pas en cause. Du moins, je l'espère. Si elle l'était, ce serait grave pour le Club. A Heusden- Zolder, elle a été sujette à caution, c'est vrai. Ce ne fut pas le cas à Lokeren. Samedi, chacun a fait son boulot. Pas à la perfection, certes, mais avec une indéniable bonne volonté. Malheureusement, nous ne parvenons plus à développer un bon football et nous commettons trop d'erreurs fatales. L'an dernier, le club tout entier était au top. Quand un joueur montait au jeu, il bonifiait encore l'équipe car sept ou huit titulaires évoluaient au maximum de leurs possibilités. Ils entraînaient ainsi les autres. Aujourd'hui, on observe le phénomène inverse. On est vraiment engagés dans une spirale négative: le club, l'effectif et l'équipe.

Peut-on tout oublier en deux jours?

On ne peut pas tout oublier mais on peut facilement faire abstraction totale du championnat. La Ligue des Champions est, heureusement, une compétition absolument à part, qui mobilise tout entier. Qui transcende vraiment. C'est ce qui fait son charme. C'est, peut-être, ce qui va nous sauver. Jusqu'à preuve du contraire, nous raffolons de ces matches défis... parfois plus faciles à négocier, pour nous, que les confrontations qui nous opposent à des adversaires surtout soucieux de bien défendre. Redevenons positifs: les qualités que nous avons étalées à Milan ne peuvent pas s'être étiolées en quinze jours!

A quel Milan peut-on s'attendre?

A un champion d'Europe moins... prétentieux et donc plus déterminé qu'à l'aller. De toute évidence, les Milanais ne nous connaissaient pas. Ils nous ont laissé jouer. L'effet de surprise a opéré en notre faveur. Ce ne sera plus le cas ce mardi soir.

La troisième place demeure l'objectif?

Pour le moment, oui. Les ambitions seront revues à la hausse si nous battons Milan...

Vous comptez quatre points à mi-parcours. Le bilan est-il conforme aux prévisions?

Aux miennes, en tout cas. Je les avais simplement distribués différemment: une victoire contre Vigo et un nul, soit à l'Ajax soit à Milan.

A quel Bruges peut-on s'attendre?

Difficile à dire. Quand tout va bien, on sait à quoi s'attendre. Aujourd'hui, on est un peu dans le flou...

Quel souhait précis pourrait-on formuler?

Qu'on retrouve notre football! Notre redressement part, évidemment, de là...

© Les Sports 2003

MICHEL DUBOIS

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM