Football Emile et Mbo avaient marqué durant le même match en août 2005.

Les Diables Rouges ont (bien) fait le boulot face à Chypre. Et on se souviendra longtemps de ce match.

1. Deux frères qui marquent dans un match : première ?

Le 17 août 2005, Emile et Mbo Mpenza avaient inscrit les deux buts d’une victoire face à la Grèce (2-0). Ce mardi soir, c’était également la 49e fois que deux frères entamaient une rencontre avec les Diables Rouges. Avec 29 matches communs, Pierre et Raymond Braine détiennent ce record, devant les Mpenza (6), Sulon (4), Lukaku (3), Vanderstappen (3), Millecamps (1), Feye (1) et Cambier (1).

Les Hazard, qui avaient déjà joué 26 minutes ensemble lors d’un amical aux Pays-Bas, ne sont donc pas entrés dans les livres d’histoire mais ce n’est certainement pas cela qui a gâché leur soirée. Ils ont souvent essayé de se trouver, notamment via trois belles talonnades en première période. À la demi-heure, un centre de Thorgan a même été à deux doigts de trouver la tête d’Eden, isolé au premier poteau. La fête aurait été totale !

2. Quel accueil a été réservé à Jan Vertonghen ?

La surprise a été dévoilée vers 19h30 : Jan Vertonghen portait le brassard de capitaine pour sa 97e apparition avec la Belgique, nouveau record national. Il avait pourtant refusé cet honneur, samedi, dernier, en Bosnie car "mon bras est plus gros que le sien", rigolait, lundi, Eden Hazard. Un quart d’heure avant le coup d’envoi, un clip d’une minute a été diffusé sur l’écran géant du stade Roi Baudouin. On a pu y voir Toby Alderweireld, Moussa Dembélé et Kevin De Bruyne adresser un message au gaucher. Le speaker a ensuite demandé aux supporters de chaleureusement applaudir celui qui était la star de la journée. Juste avant les hymnes nationaux, il a reçu, des mains de Gérard Linard et Jan Ceulemans, une vareuse floquée du numéro 97 dans un cadre.

3. Le public a-t-il bien soutenu ses joueurs ?

Même si le stade n’était pas rempli, le public n’a pas arrêté de chanter. Cela a installé une belle ambiance mais les supporters ont, tout de même, fait passer deux messages très clairs au sélectionneur et à la Fédération. À la 21e minute, ils ont dévoilé une banderole réclamant le retour de Radja Nainggolan en sélection : "Bring back the Ninja" ("Ramène le Ninja !"). Une grosse partie du stade a ensuite scandé le nom du médian de la Roma.

À l’heure de jeu, ils ont dévoilé une nouvelle banderole : "We want the Eurostadium" ("Nous voulons l’Eurostadium"). Pour que ce message soit clairement compris, tout le stade a allumé son GSM.