Football

Ses blessures, son retour, la C1, les Diables, les primes et Anderlecht... Le joueur se confie.

Après avoir traversé des moments difficiles, Vincent Kompany semble avoir retrouvé toutes ses sensations, à un point tel qu’il peut enchaîner les rencontres au cœur de la défense de Manchester City. Cela pourrait lui permettre de retrouver rapidement l’équipe nationale, au mois de juin prochain. Différents thèmes abordés en compagnie de Geert De Vlieger dans le cadre d’une émission ("Hoogvliegers") qui sera retransmise ce week-end au nord du pays.

Ses blessures : "Tant que j’aurai cette discipline et cette envie de revenir, je ne me tracasserai pas. Jusqu’au moment où je me dirai : c’est assez. Cela n’a pas été une période facile mais je n’ai jamais pleuré dans mon coin. Ma force, c’est que j’arrive rapidement à retirer le positif de tous ces épisodes. Lorsque j’ai été touché au tendon d’Achille (absence de neuf mois), ma maman est décédée mais j’ai tenté d’en retirer de la force. Cette mentalité a joué un rôle important dans mes retours. Je suis une machine à l’entraînement et je suis une machine en match."

Son retour : "C’est un miracle que je sois revenu dans cette équipe. Combien de joueurs ont stoppé leur carrière car leurs remplaçants prestaient mieux qu’eux ? Manchester City a acheté des joueurs de quarante, cinquante millions d’euros qui jouaient à ma place, on peut donc parler de miracle pour évoquer mon retour."

Ligue des Champions : "Avant, remporter la Premier League avec Manchester City semblait aussi fou que gagner la Ligue des Champions maintenant. Mon seul souhait est de faire partie de cette équipe qui soulèvera le trophée."

Diables Rouges : "Pour cette génération, la Coupe du Monde russe ne sera pas la dernière chance, mais ce sera certainement la mienne. Je sais que je peux louper ce tournoi à cause d’une blessure. De nombreuses personnes en auraient peur ou seraient plus prudentes mais je ne disputerai pas un Mondial si je ne suis pas au top."

Les primes : "Si nous parlons d’argent, il ne faut pas oublier ce que les Diables Rouges apportent à l’économie. Si les gens pensent que les footballeurs gagnent trop d’argent, je peux vous assurer que les Diables ont déjà déclaré être prêts à faire des concessions. Mais personne n’a écouté. La réponse aurait immédiatement été positive."

Anderlecht : "Ce sera mon club favori, pour le restant de ma vie. Je serai toujours disponible pour aider Anderlecht. Mais ma priorité, à l’heure actuelle, c’est la Premier League et Manchester City. Le Sporting pourra toujours compter sur moi et je n’ai pas besoin de fonction officielle pour cela."