Football

Le Real Madrid se déplaçait ce mercredi soir au Bayern Munich dans le cadre de la deuxième demi-finale de Ligue des Champions, et a pris une option sur la finale.

La rencontre démarrait tambour battant avec un rythme très soutenu. Le Bayern déchantait cependant rapidement avec la sortie sur blessure d'Arjen Robben après huit minutes. Le Néerlandais allait être imité près d'une demi-heure plus tard par Jerôme Boateng, touché, apparemment, comme son équipier aux adducteurs.

Entre ces deux coups du sort, les Bavarois, qui sont parvenus à museler Cristiano Ronaldo, trouvaient la faille grâce à un déboulé en solitaire de l'ailier Joshua Kimmich qui ponctuait un mouvement rapide des locaux et faisait 1-0 d'une puissance frappe à la 27e.

Mais juste avant la pause, le Real Madrid, pourtant en difficulté, revenait dans la rencontre et marquait un but à l'extérieur très important. Depuis l'extérieur du rectangle, Marcelo envoyait une frappe puissante du pied gauche pour faire un but partout.

En deuxième période, le Bayern de Munich multipliait les occasions, et les ratés. Les Bavarois se retrouvaient à de très nombreuses reprises devant le but de Keylor Navas mais étaient incapables de pousser le ballon au fond une deuxième fois.

Pire, le Real Madrid prenait les devants sur un but de Marco Asensio à la suite d'un contre des visiteurs. Lucas Vazquez prenait le ballon est se retrouvait rapidement dans le camp du Bayern avec Asensio. En face, seul Hummels s'oppose aux Espagnols. Vazquez écartait sur Asensio et ce dernier trompait Ulreich.

Après Liverpool, victorieux ce mardi soir de la Roma 5-2, le Real Madrid se positionne donc en bonne position en vue de la finale qui se disputera le 26 mai prochain à Kiev.

Des sources d'inspirations

Les avalanches de buts et les remontées fantastiques de ce printemps européen invitent à la prudence, mais le Real Madrid a tout de même fait un grand pas vers une troisième finale consécutive de Ligue des champions, en s'imposant 2-1 mercredi soir au Bayern Munich.

Mardi prochain, le Real aura pour lui, outre son public, son énorme expérience et le fait que le Bayern devra se découvrir, laissant sans doute plus d'espaces encore aux Ronaldo, Lucas Vazquez, Karim Benzema ou autre Asensio.

Le "Rekordmeister" allemand pourra s'en vouloir d'avoir manqué plusieurs occasions énormes tout au long du match, mais pourra puiser son espoir dans l'histoire récente: la saison dernière en quart de finale, le Real s'était déjà imposé 2-1 à l'Allianz Arena. Puis Munich l'avait emporté sur le même score au retour à Madrid, pour ne céder finalement qu'en prolongation, réduit à dix.



Revivez le direct commenté