Football Montres de luxe pour forcer des transferts, scouts payés pour faire de mauvais rapports : les coups bas sont permis dans le milieu

Soyons bien clairs : tous les agents ne sont pas des magouilleurs. Mais certains le sont et c’est justement leurs pratiques qui sont visées par les enquêteurs.

Depuis la tempête médiatique provoquée par les perquisitions de ce mercredi, les langues se délient et il nous est revenu de plusieurs sources certaines histoires assez surréalistes concernant certains agents (que nous ne pouvons pas citer).

Pour faciliter le transfert d’un buteur vers un grand club belge, un agent avait par exemple fait déposer des montres de luxe dans un coffre à la banque, histoire d’amadouer les bonnes personnes.

Pour arriver à forcer un transfert, certains ont peu de scrupules. C’est le cas de cet autre agent qui payait les scouts d’un club pour réaliser de mauvais rapports sur le joueur X. De cette manière, l’agent pouvait convaincre le club de faire signer son joueur Y…

Autre agent, autre coup, qui est un grand classique du genre. Un agent appelle un dirigeant : "Mais tu ne peux quand même continuer à faire jouer ce gars-là dans ta défense, c’est une chèvre ! Tu dois le laisser partir !" Puis dans la minute, l’agent appelle le dirigeant d’un autre club, au sujet du même joueur : "Je peux t’avoir un super défenseur, pour pas cher !"

Parfois, un agent peut y aller au bluff. Il se présente devant un joueur en disant : "J’ai le mandat de tel club, qui te veut absolument." Ce qui est tout à fait faux : il n’y a pas de mandat. Mais cela permet de convaincre le joueur. L’agent finit donc par prendre deux commissions : une payée par le joueur transféré, l’autre par le club acquéreur…

Vu les montants en jeu, les conflits entre agents vont parfois si loin qu’ils en viennent aux menaces, parfois physiques.

Bienvenue dans le "joyau" monde du football belge.