Football

La 2e place n'est pas à terme l'objectif d'Anderlecht. Charleroi s'en contenterait probablement mais si l'occasion de réaliser un rêve a priori inacessible, s'offrait à lui, il ne la refuserait sûrement pas. Bref l'enjeu du choc entre les deux équipes dimanche au Stade Constant Vanden Stock, moins de deux heures après la victoire, 3-1, de Bruges contre Lokeren, ne se limitait pas à conserver ou conquérir cette 2e place. Au final le tiercé dans l'ordre de la Jupiler Pro League de football à l'issue de la 18e journée est inchangé, après la démonstration, 1-3, de Charleroi. Mais s'il est toujours troisième, Anderlecht se retrouve à dix longueurs de son grand rival blauw en zwart, et n'a surtout pas confirmé sa prometteuse victoire de mardi en terre écossaise.

Rentré de Glasgow sans la qualification pour le top-32 de l'Europa League, mais avec les honneurs d'un succès de prestige contre le Celtic, Anderlecht a toutefois perdu Kara dans cette bataille, et s'alignait donc sans son précieux roc sénégalais contre les Zèbres de Felice Mazzu. Ce dernier n'avait pas titularisé Dodi Lukebakio, qui rêvait pourtant sûrement de briller contre son club. Ni Christophe Diandy (ex-Anderlecht), également sur le banc.

Anderlecht entama la partie pied au plancher. Mais les Carolos qui avaient emprunté les équipements du Napoli ne se laissèrent pas impressionner. Au point d'avoir progressivement la maîtrise du jeu, et même d'ouvrir la marque sur penalty au quart d'heure.

L'arbitre Lawrence Visser sanctionna en effet un accrochage entre Olivier Deschacht (le remplaçant de Kara) et Kaveh Rezaei qui ne laissa aucune chance à Matz Sels (0-1).

Henry Onyekuru tenta de tromper Nicolas Penneteau de la tête sur un centre de Dennis Appiah à la 23e, mais sans véritablement inquiéter le gardien français. Sofiane Hanni offrit à Adrien Trebel l'occasion d'égaliser, mais celui-ci tira piteusement à côté (28e).

On ne voyait pas très bien comment Anderlecht allait rétablir la situation, et Hein Vanhaezebrouck non plus. Il lança en effet Lukasz Teodorczyk dans la bagarre dès la demi-heure. A la place de Trebel qui avait sans doute aggravé une blessure en croquant son shot sur la phase précédente.

Deschacht, en jaune depuis le penalty, vira au rouge et laissa ses équipiers à dix, en s'opposant fautivement à une percée de Cristián Benavente à la 33e.

Anderlecht frôla ensuite le désastre lorsque Sels fut sauvé par la transversale sur une tête de l'insaisissable Rezaei (36e), puis lorsqu'il s'opposa à Benavente, peu inspiré dans un face à face dont le Péruvien aurait dû tirer profit (42e), et enfin quand il détourna un tir de Clément Tainmont (43e).

A la mi-temps le score en faveur du Sporting visiteur était donc plus que justifié. Mais il avait aussi manqué l'occasion de tuer la rencontre.

Restait à savoir s'il allait devoir s'en repentir.

L'attente n'a duré qu'un quart d'heure, Sven Kums, dans la position de libéro où il s'était déjà tristement illustré au Bayern Munich, privant Rezaei du ballon en l'envoyant dans son propre but (0-2, 59e).

La fête, ou la débâcle, selon le côté où l'on se place, n'était pas finie. La faute à Benavente qui enfonça le clou dans le cercueil mauve, 0-3, en glissant de près le ballon entre les jambes de Sels à la 74e.

Onyekuru réduisit l'écart, 1-3, à la 81, puis Amara Baby écopa de deux cartons jaunes en deux minutes (83e et 84e). Il fut cependant rejoint au vestiaire par Teodorczyk, accusé de simulation alors qu'il espérait voir Stergos Marinos sanctionné d'un penalty, à la 85e.

Enfin Lukebakio, qui avait remplacé Mamadou Fall à la 67e, tira sur le piquet dans les arrêts de jeu.



Les compos:

Anderlecht: Sels, Deschacht, Spajic, Appiah, Obradovic, Kums, Dendoncker, Trebel, Hanni, Gerkens, Onyekuru.

Banc: Boeckx, Sá, Stanciu, Bruno, Beric, Teodorczyk & Harbaoui

Charleroi: Penneteau, Martos, Dessoleil, Marinos, N'Ganga, Hendrickx, Ilaimaharita, Benavente, Fall, Tainmont, Rezaei.

Banc: Baby, Nurio, Mandanda, Zajkov, Diandy, Saglik, Lukebakio, Bedia.


Notre direct commenté: