Football

Retour gagnant: après un an d'absence, Chelsea a signé son retour en Ligue des champions en se qualifiant pour les huitièmes de finale après sa victoire sur Qarabag (4-0), grâce à Willian, auteur d'un doublé et à l'origine de deux penalties, mercredi à Bakou.

Si la tête du groupe C n'est pas assurée, les "Blues" sont toutefois certains de terminer à l'une des deux premières places, devant l'Atletico Madrid ou l'AS Rome.

Absent de la compétition reine la saison passée, les champions d'Angleterre s'offrent un peu de répit avant la dernière journée et avant une série de douze matches jusqu'à la fin de l'année 2017.

Surtout, ils confirment leur retour à un meilleur niveau après un passage à vide en octobre, marqué par un nul à Stamford Bridge (3-3) contre la Roma puis une sévère défaite 3-0 en Italie.

Grâce à cette victoire relativement facile sous la pluie du Stade olympique de Bakou, face à une équipe réduite à dix pendant 70 minutes, les Londoniens enchaînent une troisième succès consécutive toutes compétitions confondues après des victoires en championnat conte Manchester United (1-0) et à West Bromwich (4-0).

Antonio Conte avait choisi de faire tourner un peu avant l'important rendez-vous du week-end contre Liverpool en Premier League. Si Kanté, Fabregas, Hazard, Alonso et Azpilicueta était sur la pelouse de Bakou, Moarata, Bakayoko et Cahill étaient eux sur le banc.

Le technicien italien avait aussi choisi de faire confiance à David Luiz, principale victime du creux d'octobre: le Brésilien n'avait plus rejoué depuis le revers romain.

La défense des "Blues" n'a finalement pas vraiment été beaucoup sollicitée, puisque le Qarabag a été réduit à dix dès la 19e minute après un accrochage ente le capitaine Sadygov et le très actif Willian dans la surface.

Hazard transformait le penalty pour infliger une sévère double peine aux Azerbaïdjanais (21).

Le Belge était aussi à l'origine du deuxième but, alors que sa talonnade trouvait Willian au point de penalty. Le Brésilien avait ensuite tout son temps pour ajuster Sehic (37).

Inarrêtable, Willian provoquait un nouveau penalty en seconde période (transformé par Fabregas, 72) puis y allait de son doublé en fin de match (85).