Football

SCLESSIN Dominique D'Onofrio ne s'attendait pas à devoir s'expliquer sur la contre-performance de ses joueurs. «Notre première période fut très moyenne. Beveren a agi à sa guise. Il y avait un manque de pressing de notre part. Nous avons joué trop bas. Peut-être ressentions-nous une appréhension ou la peur d'honorer notre statut de leader. Après le but d'ouverture, nous nous sommes engagés dans un match poursuite et ce fut assez difficile face à une équipe qui sait bien garder le ballon et qui se rend très vite vers le but adverse. Malgré un bon début de seconde période, nous avons encaissé un 2e but alors que nous étions parvenus à revenir au score. Nous aurions dû nous montrer plus réalistes. Le nombre de situations chaudes que nous avons eues devant le but adverse aurait dû nous permettre d'inscrire au moins deux buts de plus.»

L'entraîneur liégeois préférait mettre l'accent sur le manque d'adresse offensive de ses hommes plutôt que sur les errements défensifs de son équipe. "Si nous n'avions manqué de lucidité dans le dernier geste, nous aurions pu marquer cinq buts. Il aurait fallu être plus calmes. Il est vrai que nous avons encaissé trop facilement et nos adversaires se sont trop souvent retrouvés en situation d'homme contre homme devant notre gardien. Nos défenseurs doivent aussi songer à courir derrière leurs adversaires et pas seulement se ruer vers l'avant ou rester statiques. Il y a des réglages à faire.»

Vincent Dufour, l'entraîneur de Beveren, ne cachait pas sa joie. "Ce sont trois points inattendus. Je suis fier de mes joueurs.»

© Les Sports 2005