Football Incroyable surprise : Lucien D’Onofrio est de retour dans le football belge.

Le football belge a déjà réservé de grandes surprises mais l’arrivée de Lucien D’Onofrio à l’Antwerp les surpasse toutes. Six années après son départ du Standard, le Liégeois est de retour dans le championnat pour endosser le costume de directeur technique de l’entité anversoise. Les premiers contacts ont été établis il y a trois semaines et, après plusieurs rendez-vous, le contrat a été officiellement paraphé ce mardi. "Ce club a un énorme potentiel mais tout reconstruire aurait pu prendre de nombreuses années. La nomination de Lucien D’Onofrio, avec toute l’expérience qui est la sienne, va nous permettre de gagner du temps" , explique Paul Gheysens, le propriétaire de l’Antwerp.

L’ancien patron de Sclessin n’est pas entré dans le capital du club mais il aura le loisir de mener la politique sportive qu’il souhaite. Un rôle qui semble, à première vue, taillé sur mesure pour celui qui a déjà réussi à relever le Standard, alors en proie à de gros problèmes financiers. "C’est vrai qu’il y a des points de comparaison mais le contexte n’est pas le même", explique Lucien D’Onofrio. "Quand j’ai repris le club liégeois, il n’y avait pas d’argent et pas de terrain pour s’entraîner. Le travail était important mais n’oubliez pas que Robert Louis-Dreyfus était l’une des plus grosses fortunes européennes. Ce n’est pas pour autant que nous avons gaspillé cet argent, mais cela a aidé dans le processus de reconstruction. Les deux premières années ont été difficiles car il fallait tout relancer. Ici aussi, le propriétaire a des ressources financières mais nous n’allons pas faire n’importe quoi pour autant."

Les défis qui l’attendent sont nombreux. Au niveau de la communication déjà, car il ne maîtrise pas le néerlandais. "Je m’en excuse", a-t-il dit à deux reprises au cours de la conférence de presse.

Il débarque également dans un club particulièrement populaire, où les attentes élevées n’ont fait qu’augmenter suite à son arrivée. "J’ai toujours dit que si les conditions étaient remplies, je reviendrais, un jour, dans le football belge. Le projet qui m’a été proposé m’a immédiatement plu. J’ai le sentiment qu’il y a moyen de faire de l’Antwerp une formation de premier plan mais, s’il vous plaît, soyez patients. Un club et des résultats ne s’achètent pas, ça se construit. Parfois, il y a un peu de chance et cela permet d’aller plus vite mais, parfois, il y a des problèmes", poursuit-il. "Je sais que le challenge s’annonce compliqué mais j’aime cette difficulté. Je sais que les attentes sont grandes et, en ce qui me concerne, elles le sont également. Je ne suis pas un magicien mais nous ferons tout pour être rapidement compétitifs."

Le travail ne manquera pas avec la nomination d’un nouvel entraîneur - qu’il promet dans les deux ou trois jours - et la composition d’un noyau. Lucien D’Onofrio a déjà fait face à de tels problèmes et cela aura, au moins, le mérite de le replonger immédiatement dans la réalité du football belge. Un sacré changement pour celui qui, ces dernières années, avait essentiellement travaillé dans l’ombre sur de nombreux transferts de grande envergure. "À toi de jouer", lui a lancé, en guise de conclusion, Paul Gheysens.

Les supporters ne demandent qu’à voir… tout comme les autres clubs de l’élite, peut-être tracassés de voir une nouvelle formation se mêler à la lutte pour le Top 6 !