Football

Le tribunal des référés de Bruxelles a ordonné, jeudi en fin d'après-midi, à l'Union belge d'autoriser le RAEC Mons (Division I) à aligner le joueur Mohamed Dahmane pour les compétitions officielles.

L'Union belge de football s'y opposait en vertu de son règlement. Cependant, comme l'avait plaidé Me Luc Misson pour Dahmane (ex-Genk), le tribunal estime qu'un règlement intérieur ne peut être plus contraignant que la loi belge qui autorise la libre circulation des travailleurs. En cas de non-respect de cette ordonnance, l'Union belge devra s'acquitter de 1.000 euros par jour de retard.

L'Union belge, qui avait expliqué qu'il se conformerait à une décision d'un tribunal du travail, est sommée à présent effectuer les démarches nécessaires pour qualifier Mohamed Dahmane.

Me Misson avait exposé que le joueur français d'origine algérienne "avait réussi une saison formidable à Mons, au cours de la saison passée, et qu'il a été racheté par Genk où le climat s'est rapidement tendu avec son entraîneur". L'intéressé dit avoir été relégué au second rang, ne plus avoir été aligné régulièrement en compétition et n'avoir plus été autorisé à s'entraîner que pour l'équipe B, celle des remplaçants.

Dahmane a rompu son contrat, le 23 janvier dernier, pour un motif qu'il estime grave. Cependant, l'Union belge, représentée par Me Jean-Emmanuel Barthélémy, considèrait de son côté que le joueur n'est pas dans les conditions réglementaires pour invoquer un motif grave susceptible d'entraîner la rupture du contrat avec le RC Genk. Ce dernier a assigné Dahmane devant le tribunal du travail de Tongres et lui réclame 870.000 euros d'indemnités pour la rupture unilatérale du contrat.