Football Le président par intérim du tribunal de première instance, siégeant en référé, Guy Bellemans, a jugé la plainte de Davy De Beule recevable mais infondée. Le joueur, qui a rompu son contrat avec Lokeren, demandait au juge de dire que cette rupture pour faute grave du club était légale. Le juge a estimé qu'en signant son contrat à Lokeren (jusqu'en juin 2005), De Beule avait accepté les règlements de l'Union belge qui stipulent qu'un joueur peut recouvrer sa liberté si le club est en défaut de paiement de salaire pendant trois mois ou d'alimentation de la caisse des pensions pendant deux mois.

Comme ce n'est pas le cas, la Fédération n'a fait qu'appliquer ses règlements à la lettre en ne «libérant» pas le joueur. Parmi les attendus et motivations, on notera que, pour le juge, la décision doit également être liée à celle du tribunal du travail de Dendermonde. Il constate que beaucoup de joueurs entrent en conflit avec leur club et que le monde du foot ne peut être chamboulé par une décision en référé, qui n'est jamais qu'un jugement provisoire. Il souligne également que le gentleman's agreement de la Ligue pro n'a pas été appliqué puisque de nombreux clubs souhaitaient embrigader le joueur.

De Beule va en appel. Si les choses restent en l'état, il ne pourra plus jouer cette saison sauf à trouver un accord avec Lokeren, ce qui paraît improbable dans l'état actuel des choses.

© Les Sports 2004