Football

Comme Kevin De Bruyne avait laissé sa langue de bois dans sa chambre avant de descendre dans l’auditorium de l’hôtel dimanche matin, on en a profité pour lui demander s’il était malheureux en équipe nationale, comme certains consultants en Flandre l’ont laissé entendre. 

"Je trouve ça génial, car ça va rendre ma vie de joueur plus facile. Je reçois 1.000 demandes d’interview de la presse et ça fait déjà des personnes en moins à qui je vais devoir parler. Vandenbempt (NdlR : un journaliste-éditorialiste de la VRT) a téléphoné à mon agent en demandant si j’avais un problème en équipe nationale. Il a répondu qu’il n’y avait aucun souci et que je me sentais bien chez les Diables. Puis il raconte une autre histoire à la télé. Pareil avec Degryse. Je ne sais pas quel est leur problème. Ils ne cherchent pas à parler de tactique. Peut-être qu’ils ne savent pas le faire…"