Football Après l'entraînement de 16h, Kevin De Bruyne et Thomas Meunier étaient sur le grill et ont répondu aux questions des journalistes. L'occasion de revenir sur le match face à l'Irlande, de faire le point sur l'état d'esprit du groupe et d'évoquer le match face à la Suède. Initialement prévu, Marc Wilmots ne s'est finalement pas rendu au point presse.

De Bruyne: "Les critiques à mon encontre sur le match contre l'Italie étaient fondées"

C'est Kevin De Bruyne qui a été le premier à répondre.

Sur la prestation face à l'Irlande: "On a fait une bonne prestation. On a montré un jeu patient, on savait qu'il y aurait peu d'espace en première mi-temps. J'ai eu plus de liberté contre l'Irlande que contre l'Italie et ça s'est beaucoup mieux passé. Du déchet? Je n'appelle pas ça du déchet, on a juste gardé le contrôle de la balle. Nos adversaires jouent très défensifs. Est-ce gai à jouer? Non mais on doit créer des opportunités pour marquer".

Sur les critiques à son égard: "Les critiques à mon encontre sur le match contre l'Italie étaient fondées. Après, je sais ce que j'ai fait pour cette équipe ces dernières années. J'avais gardé une énorme confiance. Je ne devais pas avoir peur pour ma place, je sais que je peux aider l'équipe. Mon but est de gagner, peu importe si je suis décisif ou pas. Je n'ai jamais été nerveux. Je n'ai pas peur, tout se passe bien pour moi depuis des années".

Sur la réaction du groupe par rapport aux changements: "Le groupe a bien réagi au fait que l'équipe ait été dévoilée avec des surprises. Ce n'était pas facile pour tout le monde mais il faut l'accepter, on est un groupe. L'annonce tardive de l'équipe a gardé tout le monde affûté avant le match".

Mécontent de sa position sur le terrain face aux Italiens? "Le coach m'avait parlé la veille du match. Ça fait des années que les rôles changent. Une fois en 10, une fois pas. Je ne vais pas m'expliquer sur ma position en équipe nationale pendant toute ma carrière!"

Sur son état physique: "Mes ischios vont mieux. Dans le match d'hier, ça a été mieux. J'ai pu courir davantage".

Sur la célébration avec Romelu Lukaku (revoir ici): "C'est notre handshake. Il n'a pas de signification précise".

Sur le match à venir face à la Suède: "Suède-Italie n'était pas un grand match... La Suède doit gagner, elle doit attaquer. Donc ça peut être un match ouvert."


Meunier: "Je m'attends à être titulaire face à la Suède"

Après KDB, c'est Thomas Meunier qui s'est livré aux questions.

Sur son match face à l'Irlande: "Pas trop mauvais mon match hier. Mon but est de compliquer les choix du coach et je pense avoir saisi ma chance. J'étais nerveux le matin du match. Je n'ai pas l'habitude vu que je ne joue pas à City ou à Chelsea (sourire). Je devais apporter de l'impact vers l'avant mais j'étais aussi très content de mon match défensivement".

Sur son assist: "Le but de Witsel où j'apporte l'assist, c'est la réplique parfaite du but de Diaby contre Anderlecht".

Sur son apport: "On pourrait jouer plus mais on a des joueurs qui adorent le ballon. Moi j'apporte le jeu à la Brugeoise: du jeu plus direct".

Sur l'adversaire suédois? "Il y aura plus de boulot défensif contre la Suède. Les Suédois n'ont pas encore cadré une frappe à l'Euro mais je sais que ce sera dur quand même. Je connais Zlatan mais le reste, je ne connais pas bien. Je n'ai cependant pas peur d'Ibrahimovic. Il sera pris comme un autre joueur. Personne n'a peur de lui".

Titulaire face à la Suède: "L'entente avec les trois autres (défenseurs) est très bonne. Si le coach n'a pas été convaincu par ma prestation, je ne sais pas quoi faire. Je m'attends à être titulaire mercredi face à la Suède."

Sur son intégration dans le groupe et l'apport de MPH: "J'ai réussi à m'adapter. Je ne me sens pas moins fort que les autres même si je joue en Belgique. C'est aussi grâce à Michel Preud'homme. Il m'a d'ailleurs envoyé un SMS. Je lui ai répondu qu'il n'avait pas fait le déplacement pour rien. Il m'a beaucoup appris. J'ai eu un parcours atypique mais au moins j'ai évité les usines où on est gavé de foot. C'est pareil pour Vardy."

Sur son avenir: "Je ne suis pas pressé de partir mais j'aurais plus de crédit dans le subtop allemand ou anglais aux yeux de Wilmots. Torino? J'ai lu ça mais personne ne m'a appelé."


>>> La conférence est à suivre via les tweets de nos envoyés spéciaux (ci-dessous) <<<