Football L'avant-match

Anderlecht alignait la même équipe que samedi contre Zulte-Waregem, à savoir: Zitka, De Man au libero, Deschacht et Juhasz sur les flancs, Goor et Vanden Borre devant, sur les ailes. Dans l'axe, Vanderaeghe dans le dos de Biglia. À l'avant, Boussoufa et les deux hommes en forme, Frutos (deux buts contre Zulte) et Tchité (un but aussi samedi). Côté milanais, une myriade de grands noms: Pirlo, Nesta, Gattuso, Inzaghi, Kaka, Oliveira, Seedorf, Dida,... Avant la rencontre, Franky Vercauteren répétait les qualités à développer pour concurrencer le Milan AC: "Il faudra être très présent et garder la concentration jusqu'au bout." En effet, on sait que les Milanais ont, comme la plupart des équipes italiennes, la capacité à profiter des moindres errements de l'adversaire. Toutefois, en ce moment, l'équipe entraînée par Ancelotti ne brille guère dans la Serie A italienne: l'AC n'a plus gagné depuis le 20 septembre, c'était contre Ascoli (1-0). Cette relative méforme n'empêche par les Rossoneri de siéger en tête de la poule, après un succès contre l'AEK Athènes et un nul contre Lille.

LE MATCH

la 1e mi-temps

Si sur l'ensemble de la première mi-temps, l'AC Milan a eu un léger ascendant (58% de possession de balle), les Mauves ont bien géré la rencontre et le match nul est logique. Rares ont été les actions vraiment dangereuses dans une partie jouée sur un bon rythme.

À la 12e minute, Kaka, sur le flanc droit, centrait pour Inzaghi qui s'était infiltré dans la défense mauve. La récupération passait au-dessus. Quelques minutes plus tard, Goor, très en vue tout au long des 45e premières minutes, centrait vers la tête de Tchité dont l'élévation n'était pas suffisante.

À la 21e, le tir de Kaka était dévié involontairement par le talon d'Oliveira: Inzaghi loupait de peu le ballon. L'autre brésilien, Oliveira mettait la tête sur un centre de Jankulowski, obligeant Zitka à se coucher. En fin de première mi-temps, un contre menait à un "3 contre 3" devant les buts de Dida. Le centre de Boussoufa pour Biglia était dévié par un Milanais. Inzaghi ne parvenait à faire fructifier deux occasions dans les dernières minutes. Trois cartons jaunes: Vanden Borre, Kaladze et Bonera. Dans le même temps, Lille et l'AEK Athènes n'ont pas marqué de buts, c'est 0-0.

Sur le plateau de Club RTL, Dante Brogno constatait la prudence extrême des Anderlechtois qui craignaient surtout d'encaisser. "Trop de respect pour Milan" ajoutait le T2 carolo qui estimait qu'Anderlecht "devrait peut-être jouer plus haut".

Glen de Boeck, l'entraîneur adjoint d'Anderlecht ne disait pas autre chose juste avant la 2e mi-temps: "On a trop reculer. On va essayer de jouer plus haut.". Il terminait par une conclusion révélatrice: "Ce n'est pas à nous de faire le jeu ici." Et Vercauteren qui ne cesse de claironner qu'Anderlecht joue toujours pour gagner...

La 2e mi-temps

Le premier véritable événement du match a lieu deux minutes après le retour des vestiaires. Le défenseur Bonera est exclu pour une faute d'anti-jeu mineur. L'AC Milan est réduit à dix. L'entraîneur Ancelotti fait rentrer le Brésilien Cafù pour occuper la place laissée vacante. Un attaquant est sacrifié: un autre Brésilien, Oliveira.

Si Anderlecht, supérieur numériquement, semble prendre l'ascendant, cela ne dure que quelques minutes. Rapidement, les Milanais, emmenés par un Kaka insaississable, se montrent dangereux.

À la 58e minute, l'artiste brésilien a tout le temps de préparer sa frappe à distance. Son tir est dévié et fini dans la lucarne de Zitka. C'est 1-0. Le Brésilien est sans nul doute le meilleur joueur de la rencontre. Il anime toutes les offensives milanaises.

Deux minutes plus tard, Cafù balance une frappe puissante qui contraint le portier tchèque à repousser des poings. Les minutes s'écoulent et Anderlecht paraît KO. Les Rossoneri dominent et acculent des Mauves qui accusent le coup physiquement.

C'est le moment de faire des changements: un milieu défensif, Vanderaeghe, sort. Un milieu offensif entre: Hassan. L'Egyptien s'avère très vite décisif. À la 74e, il ouvre pour Tchité qui se retrouve seul contre Dida. Le géant brésilien profite de sa haute taille pour dévier. Juste après, Hassan tente un tir qui passe légèrement au-dessus.

À la 82e, Goor isolé est bien servi par Deschacht. Mais il galvaude en envoyant le ballon bien au-dessus de la transversale. Vercauteren lance les dernières forces offensives dans la bagarre: Legear et Akin entrent, Vanden Borre et Boussoufa sortent.

Anderlecht fait monter la pression. Les Milanais reculent. Corner pour les Mauves à la 87e: la tête de Juhasz meurt sur la transversale. Goor, trop précipité, croque sa volée une minute plus tard.

L'AC Milan s'impose à 10 contre 11, sans livrer une prestation exceptionnelle. Anderlecht a joué d'égal à égal en 1e mi-temps. Il a craqué physiquement en 2e mi-temps.