Football

En l'espace de 15 jours, Eric Deflandre aura subi les foudres du corps arbitral qui l'aura expulsé, le 9 octobre, face à l'Espagne pour des propos qu'il n'aurait pas tenus et, ce dimanche soir, face au GBA pour une faute qu'il n'aurait pas commise. «Les images retransmises par la chaîne flamande VTM sont éloquentes, affirme Eric Deflandre. Celles-ci montrent clairement que mon pied reste au sol et qu'il se dirige vers le ballon. Je n'ai donc pas touché Fabio Rossitto. Mon intention était de m'emparer du ballon. Pas de commettre une faute. Le joueur a, bien évidemment, bien joué le coup. Ses partenaires ont assailli l'arbitre de la rencontre qui, sous les huées du public, s'est laissé influencer et n'a pas hésité à m'adresser un carton rouge.»

Cette exclusion est si proche des événements qui se sont déroulés en Espagne qu'il est très tentant d'y voir un lien de cause à effet. Eric Deflandre ne serait-il, tout simplement, pas victime des impressions laissées par les images télévisées depuis l'Espagne?

Excuse de l'arbitre?

«J'espère bien que non, soupire Eric. Sans quoi, il y aurait de nombreuses exclusions dans tous les matches. Quand je vois la manière avec laquelle Vandooren se fait tacler par De Wree en début de match et qu'il n'est sanctionné que d'un avertissement... c'est à ne plus rien y comprendre! Je ne suis pourtant pas un joueur méchant. Avant ces deux exclusions, je n'avais reçu qu'un seul carton rouge direct tout au long de ma carrière. C'était avec le Club Liégeois lors d'un déplacement à l'Antwerp (NdlR: son exclusion à Glasgow avec les Diables contre l'Ecosse était la conséquence de deux bristols jaunes). Je n'ai plus jamais été exclu ensuite et je n'ai subi qu'un seul match de suspension en France. Tout le monde, que ce soit mon père ou mes amis, m'a demandé s'il n'y aurait pas un lien avec ce qui s'est produit en Espagne quinze jours auparavant. Que puis-je leur répondre? Je dois accepter la décision sans broncher. Intérieurement, je bouillonnais mais j'ai retenu les leçons de Santander et je me suis contenu en regagnant les vestiaires les yeux rivés sur le sol. A la fin du match, je me suis rendu dans les vestiaires des arbitres pour leur expliquer que mon intention était correcte. J'en ai discuté ensuite avec Alex Ponnet qui m'a avoué que l'arbitre avait reconnu qu'il avait réagi un peu trop hâtivement et qu'il s'en était excusé...»

Mais le mal est fait et, même s'il plaide son innocence, Eric Deflandre n'échappera pas à la suspension. «C'est inévitable. Je devrai faire l'impasse sur un match même si les images plaident en ma faveur. Je suis, évidemment, très déçu de manquer un match à cause d'un duel parfaitement... régulier.»

Selon toute vraisemblance, la suspension d'Eric Deflandre devrait prendre cours au lendemain du match disputé par les Rouches face au Sporting d'Anderlecht. Soit à l'occasion du déplacement à Saint-Trond. «Cette exclusion survient au moment où je me sens le mieux. Maintenant, nous devons réagir face à Bruges. Ce pourrait être le match idéal pour rebondir. Nous serons tous motivés comme jamais. C'est assez regrettable qu'il n'en soit pas toujours ainsi...»

© Les Sports 2004