Football

À n'en pas douter, cet acte sera suivi d'une longue polémique.

Le 25 janvier était coché en lettre rouches dans les agendas des supporters du Standard. En effet, c'était ce dimanche qu'Anderlecht se rendait à Sclessin pour le Clasico. Un match d'autant plus particulier qu'il marquait le retour de Steven Defour dans son ancien fief. Désormais actif sous le maillot d'Anderlecht, le milieu de terrain s'est rendu particulièrement détestable aux yeux des Liégeois.

Ceux-ci lui ont répondu via un tifo anti-Defour particulièrement violent. On y voit Jason Vorhees, héros de la saga d'horreur Vendredi 13, tenant une machette ensanglantée dans sa main et... la tête de Steven Defour dans l'autre !


La direction du Standard piégée

Selon nos confrères de la Dernière Heure, la direction n'aurait pas vu le fameux tifo avant que celui-ci ne soit déployé. Les supporters auraient présenté une autre banderole plus "soft" aux dirigeants afin que ceux-ci acceptent de les laisser rentrer avec leur matériel. Mais le calicot aurait entre-temps été échangé avec le "Red or Dead".

"Nous avions demandé des visuels pendant la semaine et ce n'est pas du tout ce qui nous a été présenté", explique Olivier Smeets, porte-parole du club, au micro de RTL. "On nous a présenté des choses qui ne mettaient pas Steven Defour en scène et qui ont donc été acceptées. Mais ce n'est pas ce visuel-là que nous avons vu en début de match." Le Standard organisera une rencontre entre le club et les fans responsables de cette banderole.

Selon la RTBF, la Ville de Liège est quant à elle "indignée". Une autre réunion devrait avoir lieu entre les responsables de la Cité ardente et les dirigeants, ainsi que les Ultras du club.

"De mauvais goût et inacceptable", a écrit sur Twitter Bob Madou, le directeur commercial de l'URSBFA."Il n'y a pas de règlement à ce sujet mais nous allons voir ce que nous pouvons faire." 


Le directeur de la compétition Thibault De Gendt a lui aussi critiqué la banderole. "Un tifo dégoûtant sous les yeux de milliers d'enfants. Espérons que cela ne se reproduira plus." 


La Fédération belge de football (URBSFA) va voir quelles mesures elle est en mesure de prendre à l'égard de ce tifo choquant.

À noter que pendant l'échauffement, Silvio Proto a été la cible de jets de feux d'artifice et d'un briquet. Durant toute la rencontre, l'ambiance a été fortement tendue.


Des internautes choqués

Une chose est certaine: ils ont été nombreux sur les réseaux sociaux à être scandalisés par cette image violente. Dans une actualité marquée qui plus est par les nombreuses décapitations de l'Etat islamique.







Et pas qu'en Belgique...

L’événement polémique fait parler de lui aussi à l'étranger. Ainsi, le journaliste français François Beaudonnet (qui est correspondant de la chaîne France 2 à Bruxelles) s'est montré choqué.



© Twitter