Football

Sepp Blatter, le président de la Fifa, se plaignait récemment que la "Premier League" était trop forte et que les autres championnats n’arrivaient pas à la concurrencer. Force est de constater que les clubs de la "Verte Albion" se sont plu à lui donner raison lors de cette édition de la Ligue des Champions.

En effet, il faudra bientôt pouvoir maîtriser sur le bout des doigts la langue de Shakespeare afin de suivre les derniers actes de la Ligue des Champions. Hier, Arsenal et Manchester United ont rejoint, tant bien que mal, Chelsea en demi-finales. Seul le FC Barcelone est le dernier à résister à l’envahisseur anglo-saxon.

L’an dernier , déjà, l’Angleterre plaçait trois clubs sur quatre dans le dernier carré, seul Arsenal remplaçant Liverpool. Ce fut également le cas lors de la saison 2006-2007. Alors, cela sent-il le roussi pour les Catalans de Josep Guardiola ?

Hier soir, Manchester United (qui avait concédé le nul à Old Trafford 2-2 à l’aller) s’est imposé 1 à 0 sur la pelouse du FC Porto au retour grâce à un boulet de canon de Cristiano Ronaldo dès la 6e minute. De son côté, Arsenal, qui était allé chercher le nul en Espagne (1-1), a confirmé avec une large victoire 3 à 0 sur son terrain contre Villarreal.

Des histoires de revanche en quelque sorte. En 2004, le FC Porto (vainqueur cette année-là), avait éliminé Manchester United en 8es de finale. Sir Alex Ferguson peut donc savourer. À Villarreal, Robert Pirès aurait bien voulu jouer un vilain tour à son ancienne équipe, Arsenal. Il avait quitté l’équipe londonienne en mauvais termes avec son mentor Arsène Wenger. Malheureusement pour lui, les " Gunners" , sans forcer alors qu’on les disait en difficulté, ne lui ont pas laissé ce plaisir.

Arsenal a toutefois fait preuve de maladresse. Adebayor aurait pu tuer par deux fois le match en première mi-temps, mais prit son temps avant de trouver la faille.