Des dirigeants satisfaits mais amers

J.-C.M. Publié le - Mis à jour le

Football

Les dirigeants de l'Union Namur et du Verbroedering Geel se montraient satisfaits vendredi à l'annonce de la proposition d'intégration de leurs clubs respectifs dans le championnat de division 2, proposition aussitôt acceptée.

Jean-Claude Baudart, le président de l'UR Namur, estime toutefois que l'Union Belge doit rembourser au club les frais d'avocats qu'il a engagés, mais aussi lui accorder des délais pour réaliser des transferts.

Lobby flamand ?

"La solution la plus intelligente a été retenue mais nous avons clairement subi un préjudice", nous confiait vendredi M. Baudart, pour qui toute cette affaire a des relents communautaires.

"Nous soupçonnons le lobby flamand et spécialement anversois d'avoir tout fait pour empêcher l'arrivée supplémentaire d'un club wallon en D2, lui qui redoute la montée possible la saison prochaine des Francs Borains et de Visé."

A la sortie de l'audience, M. Baudart était ému : "La justice a été rendue. Heureusement qu'il reste dans ce pays une justice forte pour maintenir l'unité. C'est une première européenne. J'ai reçu les félicitations de plusieurs clubs comme Tubize, l'Olympic et Virton", expliquait-il.

Logique

Du côté de Geel, on se disait content également. "Mais on ne va pas dire merci", scandait Luc Kempen, le secrétaire du club.

"La décision logique a enfin été prise",

"L'Union Belge aurait facilement pu s'éviter tous ces ennuis, a encore déclaré Piet Kempen. En plus de cela, on a perdu des joueurs qui ne voulaient pas descendre d'un étage", déplorait-il, tout en se disant optimiste. "On sera sans doute dans la colonne de droite, mais en haut."

Cela dit, tout n'est pas fini car, comme dit plus haut, l'UR Namur pose désormais ses exigences. Elle renoncerait à demander des dommages et intérêts mais veut voir son préjudice reconnu et ses intérêts préservés.

© La Libre Belgique 2007
J.-C.M.

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM