Football

Insultes, menaces, agressions... Chaque saison, à tous les niveaux, que ce soit chez les amateurs ou en pro, des jeunes aux seniors, c'est pareil. Les arbitres subissent bien souvent l'agressivité des joueurs, des entraîneurs, des parents ou des "supporters". Des fans de football allemands ont décidé de prendre ce fléau à contre-pied en créant un groupe de supporters (Brigade Harmut Strampe) pour encourager et féliciter les arbitres avec beaucoup de second degré et d'humanité. Entretien avec Alex, journaliste berlinois de 34 ans qui a eu l'idée de lancer cette initiative.


Pourquoi avoir décidé de créer un groupe de supporters pour les arbitres?

En février 2015, j'étais en train de parler football avec mon colocataire comme nous le faisons souvent et je ne sais pas pourquoi mais on a ensuite évoqué les arbitres et notamment le fait qu'il n'y ait personne pour les soutenir. En Allemagne, on dit que quand l'arbitre a fait un beau travail, c'est qu'on ne le voit pas. C'est étrange selon moi car l'arbitre fait partie de la passion du football. On a décidé d'y remédier. C'est comme ça que cette idée folle a commencé.

Quelle est la situation des arbitres en Allemagne? Il y a des violences, des insultes ?

C'est pareil partout oui... Il y a eu des incidents l'an passé sur les terrains allemands. Il y a un mois, nous nous sommes déplacés pour aller supporter un arbitre quinquagénaire qui s'est fait agresser en avril dernier. Il s'est pris un coup de poing de la part d'un joueur qui lui a couru après. Il s'appelle Andreas Winter et nous l'avons élu arbitre de l'année. Il arbitre dans la plus petite ligue ici et il est seulement payé 20 euros par match. On était 45 à Berlin et on a tous passé une belle après-midi.

© PRINT SCREEN FACEBOOK
Photo d'Andreas Winter devant ses supporters


Votre initiative a-t-elle rapidement connu son succès?

Quand je suis allé au travail, j'en ai parlé à mes collègues du magazine dans lequel je travaille (11 Freunde) et au départ ils étaient sceptiques. Puis, après réflexion, ils ont finalement réalisé que ça pouvait être drôle. Avec les amis et les collègues que j'ai réussis à convaincre, on a récolté de l'argent pour acheter des posters, des écharpes, des drapeaux d'arbitres de touche. J'ai aussi demandé à un collègue graphiste de créer un logo. On a alors trouvé un nom: la Brigade Harmut Stramp. Il y a plusieurs membres de la communauté hip hop qui nous ont aidés et principalement le groupe Forcki9ers.


Harmut Stramp, c'est le nom d'un arbitre allemand connu, c'est ça?

Oui, il est connu parce qu'il a le look typique de l'arbitre allemand. Il est petit, il a une coupe militaire et une belle moustache et bien sûr c'est un officier de police. C'est comme s'il était né pour appliquer les règles et aider les autres à les suivre. On aimait son nom aussi car Harmut Strampe, avec l'accent allemand, ça sonne vraiment dur. C'est comme un carton rouge, tu vois?

© PRINT SCREEN FACEBOOK
Harmut Strampe, l'arbitre qui a donné le nom à la brigade

Comment ça s'est passé la première fois que vous êtes allés dans un stade?

Nous sommes allés tous ensemble au stade Olympique de Berlin pour assister à une rencontre du Herta Berlin contre Stuttgart en septembre 2015. C'était notre baptême du feu. On a été pris en photo, on est passé à la télé mais il y a 60.000 personnes et le stade est tellement grand qu'on ne nous a pas vraiment remarqués. C'est vraiment grâce à Facebook qu'on a senti le soutien des gens. Et puis, on a commencé à être interviewé par des journalistes allemands et notamment Die Welt. Sky News est venue également nous voir. Ca nous a beaucoup aidés à viraliser l'idée. Aujourd'hui, on a plus de 11.000 "likes", principalement en Allemagne.

© PRINT SCREEN FACEBOOK
Photo de la Brigade lors du match Herta Berlin - Stuttgart

Désormais vous préférez donc aller dans les petits stades amateurs.

Pour notre deuxième match, nous sommes allés assiter à une rencontre de quatrième division à Berlin. On s'est vraiment amusés car c'est le jour où le journaliste de Sky était là. C'était drôle parce que c'est un match où il n'y a normalement que 200 personnes. On était 40 et on nous entendait vraiment encourager l'arbitre, le féliciter sur chaque décision correcte. Quand il donnait un carton jaune, on applaudissait. On a créé des chants à leur gloire. Enfin, on change les paroles surtout. Par exemple, on a modifié les paroles du "You'll never Walk alone" et on l'a transformé en "You'll never judge alone". L'humour et le second degré, ce sont les bases de notre groupe.

© PRINT SCREEN FACEBOOK

Il y a des supporters qui sont contre votre projet?

Avant le match au stade Olympique, un gars saoûl est venu nous voir car il pensait qu'on supportait le Dynamo Dresde qui évolue dans les mêmes couleurs que nous: jaune, noir et un peu d'orange. Il voulait qu'on se batte mais je lui ai dit: "Je suis désolé, je suis neutre. Je ne peux pas me battre je suis pour les arbitres". En général, quand les gens comprennent notre idée, on passe un super moment ensemble. Supporters, arbitres et joueurs.

Il y a d'autres groupes de supporters comme vous en Allemagne?

Je ne crois pas mais on reçoit de nombreux messages via Facebook. On reçoit des messages pour nous dire de venir supporter certains arbitres. Certains nous demandent s'ils peuvent nous rejoindre. On leur répond: "Si tu aimes l'idée, tu nous as déjà rejoints." N'importe qui peut aller voir un match le dimanche avec ses amis et décider de supporter les arbitres. On encourage bien évidemment les gens à le faire. Si quelqu'un est intéressé, qu'il le fasse aussi en France ou en Belgique et qu'il diffuse l'idée.