Football

Samedi, en remportant la finale de la Coupe de Belgique et donc en qualifiant le Standard pour une Coupe d’Europe (les poules de l’Europa League), Ricardo Sa Pinto a vu son contrat d’un an être automatiquement prolongé d’une saison.

Le Portugais est donc lié contractuellement au Standard jusqu’en juin 2019.

Mais, depuis plus de deux mois, le fantôme d’un ancien coach à succès plane sur Sclessin : Michel Preud’homme. Bruno Venanzi ne s’en est jamais caché, il est un inconditionnel de l’ancien Diable Rouge. Au point de rêver de le voir s’asseoir à nouveau sur le banc de Sclessin. L’été dernier, lors de sa quête effrénée d’un nouveau T1, le président avait déjà tenté le coup.

Olivier Renard avait alors eu une discussion avec Preud’homme, mais la volonté de ce dernier de prendre une année sabbatique et les 1,5 M € à payer au Club Bruges ont eu raison d’éventuelles discussions. Mais, depuis plusieurs semaines, le contact est rétabli. Preud’homme et Venanzi ont souvent été vus ensemble. En janvier, voyant que son idole était proche de s’engager à Bordeaux, le patron du Standard s’est dit qu’il pouvait passer du rêve à la réalité. Les deux hommes se sont vus à plusieurs reprises et l’idée de travailler ensemble à germer au point que MPH serait désormais tenté, moins d’un an après son arrêt, de revenir aux affaires à Sclessin.

À l’heure actuelle, il n’y a rien de fait. Mais une chose est claire, Michel Preud’homme a les cartes en main. C’est à lui de décider. S’il revenait au Standard, MPH emmènerait Emilio Ferrera dans ses bagages. Au cours des discussions avec Bruno Venanzi, il est ressorti que l’actuel coach des U21 d’Anderlecht deviendrait le coach de terrain, comme Philippe Clément l’était lors de la dernière saison de Preud’homme à Bruges. Ferrera pourrait également obtenir un rôle de conseiller sportif de l’Académie. Une Académie qui séduirait également Michel Preud’homme, satisfait par le réservoir de jeunes du club. Notons encore que, pour ficeler un éventuel deal, le Standard devrait, le cas échéant, dédommager le Club Bruges à hauteur de 500.000 €. Mais le club principautaire n’est pas le seul sur la balle. Preud’homme peut toujours prétendre à la succession de Roberto Martinez après le Mondial. On le sait, l’attirance est réciproque. Enfin, la cote du Liégeois est énorme du côté de… l’Antwerp.

Paul Gheysens est prêt à délier les cordons de la bourse pour s’offrir les services de Preud’homme la saison prochaine. Jusqu’à présent, il n’y a eu aucune discussion, formelle ou informelle, entre les deux parties mais le pouvoir financier de Paul Gheysens est une donne à ne pas négliger sachant que, du temps de ses négociations avec Bordeaux, MPH réclamait pas moins de 250.000 € brut par mois. Si la manne financière anversoise peut être attirante, le projet sportif du Standard serait, pour l’instant, plus tentant, tout comme l’est l’attrait de l’équipe nationale. À l’heure actuelle, s’il ne l’a pas encore fait, Michel Preud’homme a le choix…