Football

ENTRETIEN

Ivica Dragutinovic, avec le recul, comment pouvez-vous commenter votre erreur face au Steaua?

Lorsque Dorinel Munteanu botte son coup franc vers le petit rectangle, j'entends Vedran Runje m'avertir du danger qu'il y avait dans mon dos. J'ai été effrayé et j'ai essayé de repousser le ballon. Quand je l'ai vu terminer sa course au fond de nos filets, je m'en suis terriblement voulu. J'étais très déçu pour moi-même mais surtout pour l'équipe qui ne méritait pas ça. Je n'en ai pas dormi de la nuit. Jamais cela ne m'était arrivé. Quelques secondes avant cette phase, je m'étais dit que nous pourrions jouer trois heures de plus sans prendre de but...

Cette défaite ne risque-t-elle pas de laisser des traces physiques et mentales?

Il faut savoir ce que l'on veut! Un joueur professionnel ne doit pas se plaindre d'une telle charge de travail. Le jeu doit être un plaisir et il faut y participer avec cet état d'esprit. Personnellement je me sens bien dans ma tête. Je m'efforce d'oublier ce qui s'est produit à Bucarest afin de me concentrer sur le GBA. Et le meilleur moyen de ne pas douter serait de signer un bon résultat dans la banlieue anversoise d'autant que tout le monde s'accorde à dire que le championnat est une priorité.

Ne pensez-vous pas que vos chances de qualification soient particulièrement ténues?

Jamais de la vie! Nous aurions bien tort de raisonner de la sorte. Il y a encore trois matches à disputer et à gagner. Cette défaite ne doit rien remettre en question. Tout est encore possible. Et puis, nos adversaires ne traversent pas de période euphorique pour l'instant. En outre, j'ose espérer que la poisse ne nous poursuivra pas éternellement et que le brin de réussite qui nous a manqué ne nous fera plus défaut...

C'est effectivement en zone offensive qu'il y a le plus de déchets dans votre équipe...

Il ne m'appartient pas de critiquer mes partenaires. Néanmoins, sans Conceiço et Wamberto, l'équipe est privée d'éléments créatifs qui sont capables d'amener le danger devant le but à n'importe quel moment. (...) Il faut aussi oser. C'est bien de se reposer sur sa défense mais il faut aussi se donner les moyens de le remporter. Et surtout dans le championnat de Belgique où nous sommes amenés, 80pc du temps, à faire le jeu face à des adversaires qui prennent leurs précautions.

© Les Sports 2004