Football

Alors que la société néerlandaise, "Value 8", négocie depuis plusieurs semaines le rachat du Matricule 16 (une offre oscillant entre 28 et 32 millions d’euros a été remise aux avocats de la famille Louis-Dreyfus fin de semaine dernière), elle n’est plus la seule à vouloir reprendre le Standard.

En effet, selon nos informations, une autre piste mène à un ancien de la maison rouche, à savoir Robert Lesman. Celui-ci n’est certainement pas inconnu des supporters puisque l’homme âgé aujourd’hui d’une soixantaine d’années a, par le passé, déjà officié au Standard. Robert Lesman faisait partie du CA du club, qu’il a quitté en 2003, mais il était surtout un des hommes forts du Standard lors de la période André Duchêne.

Avec ce dernier, Lesman se partageait à parité l’actionnariat du Standard. Alors que le club était aux abois, le duo Duchêne-Lesman s’était mis en quête d’un nouvel investisseur. C’est alors que Robert Louis-Dreyfus et Lucien D’Onofrio ont débarqué en bord de Meuse.

Ainsi, après avoir quitté le club qui était dans une situation financière peu enviable, voici que l’homme qui a fait fortune dans le diamant et qui est actuellement actif dans le textile, voudrait aujourd’hui reprendre le Standard.

L’intérêt de Robert Lesman remonte à 2-3 mois. Le natif de Bruxelles a même déposé une offre qui oscillerait entre 10 et 15 millions d’euros pour acquérir les 89 % des parts détenues par la SA Standard de Liège, en d’autres mots, par Margarita Louis-Dreyfus (on rappellera que la SA Financière du Standard détient 89 % des parts tandis que Lucien D’Onofrio, via son entreprise "Kick International Agency", dispose de 10 %).

Cependant, cette offre a été rejetée et "Value 8" est entré dans la danse, contrariant les plans de Lesman. A l’instar de la société batave de Peter Paul De Vries, Robert Lesman serait enclin à travailler main dans la main avec Lucien D’Onofrio. On le sait, ce dernier a déjà déclaré ne pas vouloir collaborer avec les Hollandais et qu’il quitterait le club si ces derniers raflaient la mise.

Or, avec Robert Lesman, Lucien D’Onofrio serait apparemment prêt à collaborer, un avantage donc pour l’ancien membre du CA liégeois. Après l’offre déposée par "Value 8", Robert Lesman a décidé de sonder quelques entreprises wallonnes afin de les associer au projet. Elles étaient présentes au nombre de 4 ou 5 et seraient intervenues à hauteur d’un million chacune.

Mais jeudi dernier, Lesman a averti ces entreprises qu’il préférait faire cavalier seul. Il aurait fait une offre orale à 18 millions aux avocats de Margarita Louis-Dreyfus. Ces derniers ont refusé mais ils lui ont demandé de coucher ces chiffres sur le papier. Toujours selon nos informations, Robert Lesman ne désespère pas conclure l’affaire dans les prochains jours.