Football

L’Écossaise Beth Martinez raconte pourquoi son mari et elle sont tombés amoureux de la Belgique.

Moorings Hotel à Motherwell, petite ville de 30.000 habitants dans le sud-est de Glasgow. C’est dans cet hôtel trois étoiles – le bâtiment a été construit en 1891 et est un site protégé – que notre coach fédéral a fait la plus belle rencontre de sa vie. Celle de Beth Thompson (36 ans), sa future femme.

Retour au début de l’année 2002. Après avoir joué pendant six saisons à Wigan, Martinez tente une aventure écossaise à Motherwell. Mais le club frôle la faillite, les employés ne sont plus payés. Malgré les problèmes financiers du club de tradition, les joueurs préparent leurs matches dans le Moorings Hotel, où travaille une certaine Beth.

Beth a 19 ans à cette époque et suit des études de marketing à Glasgow. Même si son grand-père est fan de Motherwell, elle ne tombe pas sous le charme de Roberto, le footballeur, mais de Roberto le gentleman, qui s’intéresse à ses études. Leur amitié se transforme en amour et les deux se marient en 2009. Cinq ans plus tard, leur petite fille Luella voit le jour.

Au quotidien Het Nieuwsblad, elle a donné sa première interview après la Coupe du monde.

Cela vous fait quoi, Beth, d’affronter l’Écosse en tant que “Première dame” du football belge ?

“Je suis née à Glasgow. Ce sera donc un match très spécial pour moi. Bien sûr que je serai supportrice des Diables rouges de mon mari. Mais toute ma famille, du moins les hommes, vont suivre le match en maillot des Belges et… en kilt.” (Rires)

(...)