Football

A deux jours du duel entre la Belgique et la France, ses deux pays, Eden Hazard s'est confié à la chaîne BeIn Sports. Interrogé sur le match contre le Brésil, la tactique appliqué ce soir-là, sur ses ambitions personnelles et sur la présence de Thierry Henry, le capitaine des Diables rouges a répondu franchement et non sans humour, comme à son habitude. 

Eden Hazard a été étincelant face au Brésil. Créateur de danger en contre-attaque, protecteur de balle quand il fallait gagner du temps, Eden a joué avec ses pieds... et sa tête. Était-ce le meilleur match de la carrière d'Eden Hazard ? "Jouer un quart de finale de Coupe du monde contre le Brésil, forcément, ça donne envie de produire un grand match. J'ai fait des très bons matchs auparavant, avec Chelsea, Lille et même les Diables rouges... Mais oui, si on regarde le foot et tout ce qu'il y avait autour de ce match, c'était mon meilleur match."

Entre le Japon et le Brésil, il y a eu un changement tactique. "Effectivement, on s'est tous dit, et le coach aussi, que si on jouait face au Brésil comme contre le Japon, on allait perdre le match. Malheureusement, entre deux matchs de Coupe du monde, on n'a pas beaucoup le temps pour travailler, mais on a eu une séance d'entrainement de 45 minutes où on a tous compris ce que le coach voulait : bien défendre et exploiter les espaces en contre-attaque."


Tactiquement, les positions du capitaine des Diables et celle de Romelu Lukaku en contre-attaque ont surpris, chacun étant positionné sur un flanc. "Oui, même je peux pas tout dire car on risque de reproduire cela contre la France (rires). Mais oui, le coach nous avait dit de rester dans deux zones différentes et de ne pas trop défendre. J'avoue que j'étais un peu surpris au début parce que je me disais "tiens, défendre avec deux joueurs en moins contre le Brésil, ça va être compliqué", et après cinq minutes, j'ai compris son choix. Et tout le mérite revient au coach car c'est lui qui a trouvé ce système-là."

Sur l'équipe France... "n'en parlons pas trop", coupe en souriant le capitaine des Diables. Le maillot de l'équipe de France que l'on voit sur les épaules d'Eden, petit, sur une photo ? "Il n'y avait que celui-là sur le marché. Il n'y avait pas celui de la Belgique... Mais vous savez, on est nés en 1991 pour moi et en 1993 pour Thorgan, ça veut dire qu'on était en plein dans la Coupe du monde 98 quand on commençait à suivre le football. Alors, oui, il y avait des bons joueurs en Belgique mais c'était moins bon que les Bleus. Donc, on était Belge mais supporters aussi de l'équipe de France."

L'équipe de France est-elle plus forte que le Brésil ? "C'est complètement différent. Les Français ont des grands joueurs, un grand gardien... N'Golo (Kanté), à son poste, c'est le meilleur du monde. Ce sera compliqué mais on est prêt. Il n'y a pas une seule clé en France. Le collectif de l'équipe est dangereux. Mais c'est vrai qu'avec N'Golo Kanté au top, tu as 95% de chance de gagner le match."

Si l'atout belge s'appelle Hazard, le français s'appelle forcément... Mbappé. "Je l'ai déjà eu au téléphone quelques fois et lui a sûrement dû regarder des vidéos de moi quand il était plus jeune (rires). Et maintenant c'est moi qui regarde des vidéos de lui de temps en temps. J'ai beaucoup de respect pour ce qu'il fait, surtout à son âge. Dans le football moderne, ce qu'il fait, on n'avait jamais connu ça. Et bien sûr, c'est un potentiel Ballon d'or. Mais après, pour décrocher le Ballon d'or, il n'y a que les buts qui comptent... mais qualitativement, il le mérite et il le mérite déjà maintenant !"

"Meilleur joueur de la Coupe du monde ? Je m'en fous complètement"

Avec les éliminations des équipes de Neymar, de Ronaldo, de Messi, Hazard est-il devenu un candidat au titre de meilleur jour du Mondial ? "Franchement, je m'en fous complètement, répond le Brainois. Ce que je veux, c'est le trophée collectif. Et puis forcément, on sait très bien qu'en gagnant la Coupe du monde, un joueur de l'équipe a de grandes chances d'être élu. Mais dans l'équipe, Romelu, Thibaut ou Kevin De Bruyne le mériteraient aussi."

"Thierry Henry, il est de notre côté, on a de la chance, vous (la France, ndlr) en avez moins. Des matchs comme ceux-là, importants, il sait comment les gagner. On est très content de l'avoir. Avec Thierry, on parle de tout et de rien, du foot comme du reste. Je ne sais pas s'il a vraiment son mot à dire sur la tactique, mais on s'entend tous très bien avec lui. Il fait un peu le lien entre le coach et les joueurs parce qu'à certains moments, il doit forcément avoir envie de jouer."

"Si on gagne, on ne va pas vous chambrer tant que ça. Ce sont plutôt les Français les chambreurs. Et puis, la Belgique c'est un petit pays. On aura moins de chance que vous d'en gagner une autre que la France, donc celle-ci vous nous la laissez. Et comme nous, en 98, nous les Belges étions très contents de gagner la Coupe du monde, je pense que les Français, vous seriez très contents si on la gagnait aussi cette fois-ci. 1-1, ce serait top et on repart bons amis."