Football Le média allemand Der Spiegel a publié des documents qui prouvent l'existence de deux témoignages de la star. Le premier date de septembre 2009 et contient des réponses bien plus détaillées que le second.

En avril 2017, Der Spiegel révélait que Ronaldo aurait versé 320.000€ à une femme qui avait déposé plainte contre lui, en 2009, à Las Vegas. Kathryn Mayorga accuse en effet Ronaldo de l'avoir sodomisée de force le 13 juin 2009, dans une chambre du Palms Hotel de Las Vegas. CR7 aurait ensuite fait pression sur elle pour la contraindre à signer cet accord financier en échange de son silence. Pour les avocats de Ronaldo, "La relation était consentie" et cet accord n'est "pas un aveu".

Le problème, c'est que deux versions des réponses de Ronaldo à un questionnaire de 27 pages sur l'affaire existeraient. Et des différences ont été constatées entre les deux versions, à commencer par celle-ci: "Elle a dit qu'il n'était pas approprié d'avoir des relations sexuelles, car on venait juste de se rencontrer ( 'Il ne vaut mieux pas. C'est la première fois.') Mais elle a quand même attrapé ma bite." qui est devenue: "Elle a saisi mon pénis".

Dans la suite du témoignage de Ronaldo, d'autres modifications ont été apportées concernant ce qu'a pu dire la plaignante: "Elle s'est rendue disponible. Elle était allongée sur le côté et alitée, et je suis entré par-derrière. C'était brutal (...) Elle a dit qu'elle ne voulait pas, mais elle s'est rendue disponible (...) Mais elle a continué à dire non. 'Ne le fais pas - Je ne suis pas comme les autres.' Je me suis excusé ensuite." Ce passage est ainsi devenu: "Elle était allongée dans le lit. Je suis passé par-derrière. C'était brutal. Elle ne s'est pas plainte, elle n'a pas crié, elle n'a pas appelé à l'aide ou quoi que ce soit de ce genre." Il n'y a plus la moindre trace des "excuses" du quintuple ballon d'or dans la dernière version...

A la question "Est-ce que Madame C. (c'est ainsi que Kathryn Mayorga est désignée dans le formulaire) a jamais élevé la voix, crié ou hurlé ?" la réponse de Ronaldo en septembre 2009 était "Elle a dit non et s'est arrêtée plusieurs fois". En décembre de la même année, le document qui était envoyé aux avocats américains par ceux de Ronaldo contenait une réponse qui ne tenait plus qu'en un mot: "Non."

Enfin, la déclaration initiale de Ronaldo "Après l'acte, elle a dit 'Tu es un connard, tu m'as forcée. Tu es un imbécile. Je ne suis pas comme les autres.' J'ai dit 'Je suis désolé'" fut réduite à un simple "Non" en guise de réponse à la question "Madame C. a-t-elle dit quoi que ce soit après vos relations sexuelles ?"

Le Spiegel publie également des échanges de mails entre les avocats dans lesquels des passages de la première version sont cités, ce qui écarte les soupçons de falsification. Nos confrères ont évidemment contacté les avocats de Ronaldo avant de sortir ces documents. Ces derniers assurent que "des portions significatives" du document ont été "altérées et/ou complètement inventées".

Affaire à suivre...