Football Renaud Emond ne pouvait cacher son sourire après avoir trouvé le chemin des filets sur le 1-3.

Renaud Emond grelottait un peu au moment de commenter sa prestation mais il était bien conscient d’avoir marqué les esprits durant ce quart de finale. Olivier Renard lui a même frotté la tête au moment de quitter le stade ostendais.

Renaud, comment avez-vous appris votre titularisation ?

"L’entraîneur me l’a annoncée quelques heures avant le coup d’envoi. Je me suis dit que je n’avais pas grand-chose à perdre et que je devais simplement jouer mon jeu. Je n’étais même pas obnubilé par le fait de marquer un but, je voulais surtout bosser pour l’équipe."

Finalement, vous avez fait les deux.

"C’était ma première titularisation et je pouvais tenir les 90 minutes. C’est aussi la preuve que le travail paie. J’ai essayé de mettre la pression sur le numéro six adverse, de travailler, de courir. Sur le but, je me crée un espace, je reçois la passe et je n’ai plus qu’à croiser ma frappe. Quand elle part, le gardien est au premier poteau et je sais qu’il n’aura plus le temps d’aller à son deuxième poteau."

À quoi avez-vous pensé après avoir marqué ?

"Vous savez, j’ai vécu des moments tellement difficiles, des mois de galère. J’ai pensé à ma famille, qui m’a toujours soutenu lors de cette période plus délicate pour moi."

Vous avez également été ovationné par le public.

"Cela me fait chaud au cœur. C’est la preuve que les supporters ne m’ont pas oublié et qu’ils m’apprécient. Honnêtement, cela m’a énormément touché."

Maintenant, on n’ose pas vous imaginer sur le banc contre La Gantoise…

"C’est à l’entraîneur que vous devez poser cette question. Je pense avoir livré une bonne prestation. J’ai marqué quelques points mais je me soumettrai à sa décision, quelle qu’elle soit. Ces derniers temps, j’ai aussi appris à ne pas voir trop loin…"

Pour en revenir au Standard, vous êtes en demi-finale. Cette Coupe devient un objectif.

"Nous sommes le Standard et nous devons aborder chaque match pour le gagner. Il faut être plus régulier, jouer avec notre grinta et notre envie. Quand nous le faisons, nous pouvons proposer du beau jeu et faire de bons résultats. C’est vrai que maintenant, nous ne sommes plus qu’à trois matches d’un trophée et d’une qualification européenne mais l’objectif reste les playoffs 1. À ce titre, les deux prochains matches seront très, très importants."