Enfin un bon match en 2004?

Christophe Berti Publié le - Mis à jour le

Football

La dernière victoire de la Belgique? C'était en octobre, à Sclessin, contre l'Estonie. Un succès inutile qui nous renvoyait dans l'ombre jusqu'aux qualifications de la prochaine Coupe du Monde. Dans l'ombre, certes, mais avec des paillettes, puisque le programme de matchs amicaux des Diables Rouges est le plus riche et le plus dense de l'histoire de l'équipe nationale.

Cependant, jusqu'ici, les matches de gala ont tourné à la Berezina. Timide contre l'armada française en février, inexistante face à la Mannschaft à Cologne, le mois dernier, l'équipe nationale avance à pas de nain en 2004. Certes, des défaites contre nos prestigieux voisins n'ont rien d'humiliant, mais c'est la manière qui pose problème: aucun but, quasi pas d'occasions et peu de fonds de jeu en 180 minutes, tout cela n'incite pas à l'optimisme.

Et donc, ce soir, en conséquence, on attend une revanche et un réveil face à la Turquie, pour le dernier match sur le sol belge avant celui -officiel et déjà important - face à la Lituanie, en septembre, à Charleroi.

Le 19 juin 2000

La Turquie? Médaille de bronze de la dernière Coupe du Monde! Mais privée d' Euro 2004 après son élimination lors des barrages face à la Lettonie. Les Turcs sont en pleine reconstruction et à Bruxelles, ils intronisent un nouvel entraîneur aux yeux duquel son groupe voudra marquer des points. La Turquie au Heysel, pour la première fois depuis ce 19 juin 2000 funeste.

Mais ce n'est pas à l' Euro 2000 que pensera Aimé Anthuenis ce soir. Ses pensées sont fixées vers le rendez-vous allemand de 2006. Et même s'il dit qu'il sait très bien où il va, le sélectionneur perplexe, en sortant Vermant des limbes, en sélectionnant un gamin de 16 ans, un gardien qui a joué 11 matches en trois ans, un arrière gauche qui fait «banquette» à l'Ajax et en titularisant deux pions fixes, certes (Goor et Sonck), mais à cours de compétition.

«C'est peut-être l'occasion pour eux de prouver qu'ils sont tout à fait rétablis, explique Anthuenis. Et Vermant ne passera pas un examen définitif, ce soir. J'espère simplement que je me suis trompé, auparavant, en ne lui faisant pas confiance. Je veux construire une équipe pour les qualifications, à partir de septembre prochain. Et retrouver une équipe belge qui fait plaisir à son public. Le résultat est important, mais c'est surtout la manière qui compte.»

Par rapport au match en Allemagne, Anthuenis opère six changements: De Vlieger remplace Herpoel, Simons retrouve sa place au détriment de Dheedene, Deschacht est préféré à Van Damme, Vermant à Baseggio, Goor à Blondel et Sonck à Pieroni. Pour Baseggio, c'est le premier passage sur le banc depuis plus d'un an. «Ce n'est pas une sanction, je veux tout simplement essayer Vermant, qui joue désormais en Allemagne dans une position bien plus défensive qu'avant. Avec deux attaquants et deux flancs offensifs, j'ai besoin d'équilibre dans l'entrejeu.»

En précisant qu'un changement de dernière minute est possible (on pense à Goor ou à Sonck qui pourraient garder des séquelles de leur blessure), Anthuenis explique qu'il fera beaucoup de changements au repos...

© Les Sports 2004





   LIENS PUBLICITAIRES
   
   

"Ascenceurs - Nouvelles exigences de sécurité de l'A.R. du 09/03/2003"

Pour faire un peu de sport certaines personnes empruntent l’escalier plutôt que l’ascenseur. C’est bien ! Il n’empêche, nous passons chaque année, plusieurs heures dans les ascenseurs et trouvons normal que les 75.000 appareils du parc belge nous conduisent, en toute sécurité, aux étages voulus.


lalibre.be ne peut être tenue responsable du contenu de ces liens.
 

Christophe Berti