Enzo Scifo veut tourner la page carolo

Christophe Berti Publié le - Mis à jour le

Football

Pourquoi Enzo Scifo et ses conseillers, maîtres Pol Massart et Louis Derwa, ont-ils organisé une conférence de presse, hier matin, alors qu'ils s'apprêtent à lancer plusieurs actions en justice contre Chaudfontaine et la S.A. Sporting du Pays de Charleroi?

`Ce n'est pas pour avancer des arguments que nous réservons à la justice, répond Pol Massart, mais simplement pour apporter une mise au point par rapport à tout ce qui a été dit et écrit ces derniers mois à propos des rapports entre Scifo et son ancien club.´

Une volonté de clarifier les choses, en quelque sorte - ce qui n'est pas une sinécure dans des dossiers aussi compliqués - et surtout, selon Scifo, de répondre à quelques contre-vérités lancées à sa figure, souvent de manière vulgaire.

Tentons donc d'y voir plus clair dans une affaire difficile en reprenant les arguments des anti-Scifo.

1Enzo Scifo veut ruiner le club. `Mon contrat prévoyait un salaire de 10 millions de francs belges par an. J'en ai touché la moitié. En outre, j'ai investi 16 millions de francs belges en prenant des actions dans le club. On ne m'a toujours pas remboursé aujourd'hui, malgré des promesses, d'abord verbales, puis écrites en juillet dernier. Enfin, j'ai payé moi-même le salaire d'un joueur pendant six mois.

´Aujourd'hui, je réclame simplement mon dû, sans plus et sans un franc d'intérêt. Quand j'entends que je veux la perte du club, je suis écoeuré alors que j'ai toujours attendu une solution à l'amiable. Jusqu'ici en tout cas.´

2Scifo a touché des commissions sur les transferts. `Tous les transferts ont été réalisés dans un souci d'économie et en pleine transparence. Et à chaque fois avec la signature, nécessaire, d'Abbas Bayat. Ces rumeurs sont scandaleuses et inacceptables.´

3Scifo a refusé un examen médical. Alors qu'il se savait blessé, Enzo aurait dissimulé ses problèmes de hanche. `On ne m'a jamais demandé le moindre examen! Et quand je suis arrivé, avant les élections communales de 2000, ils auraient accepté que je joue même en chaise roulante. Quant à ma fin de carrière, c'était le pire jour de ma vie...´

4Scifo a poussé Brogno à mettre fin à sa carrière. `C'est faux, il a décidé lui-même et il a choisi la date: le match contre le Standard. C'est ensuite moi qui lui ai proposé de devenir mon adjoint...´

Bref, Enzo repousse point par point les accusations qui sont portées contre lui et attaque à son tour au niveau juridique. Le tout presque la mort dans l'âme.

`Je ne suis pas fier d'organiser une conférence de presse pour de tels motifs, nous avoue-t-il. Je suis un sportif qui veut toujours dégager une image positive et être un exemple. Mais quand on vous insulte et qu'on vous jette autant de boue au visage, il faut bien réagir! Vous savez, je ne fais qu'une seule chose: réclamer tout simplement ce qu'on me doit. Je ne crois pas que c'est un crime.´

Quant aux attaques répétées de la presse régionale et de Dante Brogno, Scifo préfère les ignorer. `Attaquer en diffamation, c'est encore remuer les problèmes. Or, je veux tourner la page. Si j'ai quitté Charleroi, ce n'est pas pour revenir sur cet épisode continuellement et si j'expose tous les dossiers aujourd'hui, c'est pour expliquer une fois pour toutes ma version des dossiers et passer à autre chose. Je ne suis pas heureux de la situation du Sporting. Je pense aux supporters et aux joueurs. Je ne crache pas dans la soupe: j'ai aussi passé de bons moments au Mambourg et j'espère que tout va se régler à l'amiable.´

© Les Sports 2003

Christophe Berti

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM