Football Dégoûté par les pratiques du milieu, Éric Depireux avait arrêté son métier d’agent pendant cinq ans. Il s’est relancé juste avant l’opération Mains Propres qui lui donne aujourd’hui un nouvel élan.

Le nettoyage donne de l’espoir. De l’espoir aux agents qui avaient subi de plein fouet le système mis en place par Mogi Bayat. Sans l’agent tout-puissant, certains espèrent grandir, d’autres exister. À 46 ans, Éric Depireux veut, lui, se relancer dans le métier. "J’ai arrêté pendant cinq ans" , nous explique-t-il. "J’étais dégoûté par ces pratiques mafieuses. Il était plus que temps que le football belge soit nettoyé."

Vous étiez l’agent de plusieurs joueurs importants, dont des Diables comme Silvio Proto, Émile Mpenza, Luigi Pieroni et Yassine El Ghanassy. Comment les choses ont-elles pu mal tourner pour vous ?

"Ces dernières années, j’ai souvent eu l’impression que je ne faisais plus partie d’une certaine caste quand j’allais présenter des joueurs. Et donc, je n’avais pas droit au pot de confiture…"

(...)