Football

C’est un Felice Mazzù déçu, très déçu qui s’est présenté à la presse pour… détruire son groupe.

“Je suis très fâché sur mes joueurs. Je suis fâché parce que l’adverse a eu une occasion et on a perdu 2-1. Mais surtout, on n’a pas joué en équipe. On a essayé des gestes individuels, on a porté le ballon. Et contre une équipe comme Bruges, qui traversait un moment difficile, on a trop joué sur nos acquis. Je suis fâché car on n’a pas fait les bons choix, on devait bousculer cette équipe en la faisant courir, en trouvant les intervalles. Quand vous portez le ballon pour faire la différence tout seul à Charleroi, ce n’est pas possible. La plupart des joueurs de Charleroi sont des joueurs qui ont raté une étape dans leur carrière. Et c’est pour cela qu’ils sont à Charleroi. S’ils sont à Charleroi et qu’ils veulent retrouver leur ancien niveau, ils doivent d’abord penser à l’équipe et pas à eux. Ce vendredi la plupart de mes joueurs ont d’abord pensé à eux. On mettra les choses au point à la reprise. Sur le match d’aujourd’hui, je suis très fâché.”

Et pour le T1 des Zèbres la défaite face au Cercle ne s’explique pas dans le choix d’un système.

“Il ne faut pas remettre le dispositif en question. Je suis dans la réflexion de remettre tout le groupe en question. Ce n’est pas un problème de dispositif mais un problème de mentalité et d’état d’esprit. Quand vous voyez au Cercle un garçon comme Dylan De Belder qui n’a pas beaucoup de temps de jeu depuis le début de la saison et qui se donne à fond, c’est remarquable. J’aimerais que mes joueurs dans l’état d’esprit et la mentalité ressemblent à De Belder. Il y a une certaine concurrence dans notre équipe et certains joueurs se disent qu’en réalisant la différence individuellement ils vont gagner leur place. Mais en fait, ils vont la perdre.”

Le message est clair et certains Carolos vont vivre un débriefing du match peu amusant…