Francky Vandendriessche clame son innocence

Yves Taildeman Publié le - Mis à jour le

Football

Francky Vandendriessche est un homme brisé. Le coach des gardiens de Mons, viré par l’Union Belge à la demande de Dick Advocaat parce qu’il aurait révélé des informations secrètes concernant Stijnen, a invité la presse pour se défendre. " On a voulu me sabote r ", dit-il, avec une voix tremblante. " Je ne dors plus, mais je peux regarder tout le monde en face."

C’est à l’Hôtel Abbey à Grimbergen - où les Diables résidaient sous l’ère Vandereycken - que l’ex-gardien de Mouscron a dit ses quatre vérités. "A Mouscron - Anderlecht, un journaliste est venu me demander si j’avais déjà parlé à Advocaat. C’était le cas, mais on n’avait pas encore parlé de gardiens. Puis, il est allé divulguer des fausses informations à Stijnen. Le lendemain, Advocaat m’a appelé pour parler des quatre gardiens : Bailly, Gillet, Proto et Stijnen. Il ne voulait rappeler que deux gardiens. Je lui ai dit : "Et s’il y en a un qui se blesse ?" "Tu peux encore jouer au but " Le lendemain, dans la voiture, j’ai appris la sélection à la radio. Je ne la connaissais donc pas !"

Lundi passé, Stijn Stijnen, qui a renoncé à l’équipe nationale, visait Vandendriessche en tant que "membre du staff technique qui a été indiscret". Vandendriessche de rétorquer : "C’est faux. J’ai essayé d’appeler Stijnen à plusieurs reprises, avec trois téléphones différents. Il ne décroche pas, et ne répond pas à mes messages. Je ne l’appelle plus. C’est à lui de prendre contact. Je le jure sur la tête de ma fille : je suis innocent. Si Stijnen ne réagit pas, je me rendrai peut-être à l’entraînement de Bruges pour le voir entre quatre yeux. Et s’il continue à me nier, je pourrais aussi le salir en disant des choses sur lui qui ne sont pas nettes."

Et Advocaat, là-dedans ? "Lundi, j’étais allé au lit lors de l’émission "Extra-Time" de la VRT, où ces insinuations ont été rendues publiques. J’avais éteint mon GSM, mais le téléphone fixe ne cessait de sonner. C’était Advocaat, qui a dit qu’il y avait un problème. Il m’a rappelé, après avoir contacté les gens du programme. Je ne devais plus venir cette semaine. Je n’ai pas pu me défendre. Mardi, une réunion a eu lieu à la Fédération. Sans moi, et je le déplore."

Vandendriessche se pose plusieurs questions. "J’étais le dernier rescapé du staff de Vandereycken et de Vercauteren. Etait-ce une manière de me virer ? Savez-vous que je n’ai jamais vu Advocaat ? Ou est-ce que Stijnen a voulu me jouer un tour parce qu’il s’entend bien avec Custers, mon prédécesseur ? J’en ai ma claque de cette hypocrisie "

Yves Taildeman

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM