Football

Herman Van Holsbeeck avait les larmes aux yeux en annonçant la nouvelle qu’il qualifiait de "dramatique". Nicolas Frutos ne marquera plus jamais de but pour Anderlecht. Pire encore : il ne sera plus jamais joueur de football. Son tendon d’Achille en a décidé ainsi.

Nicolas s’est exprimé sur le site du club dans une vidéo très émouvante. Voici son message, qu’il a prononcé avec une voix parfois tremblante et rauque. Extraits choisis

"Même si c’est le moment le plus difficile de ma carrière, je veux dire que celle-ci est finie. C’est un jour vraiment triste et une situation difficile pour moi. C’est un moment spécial. Aucun sportif ne s’attend à cela. Maintenant, je suis confronté avec ce qui est le moment le plus difficile de ma vie."

"Mon palmarès lors de ces quatre ans a été extraordinaire. J’ai des souvenirs incroyables. On a été deux fois champion, on a gagné une Coupe et on a atteint un bon niveau en Coupe d’Europe. Je vais garder cela pendant toute ma vie."

"Même si cette saison a été difficile et même si je n’étais pas toujours dans le noyau, je sentais vraiment que je faisais partie de l’équipe. J’ai quand même marqué quelques buts importants qui peuvent aider à remporter ce 30e titre qu’Anderlecht mérite depuis longtemps. Anderlecht a une grande équipe et d’énormes joueurs."

"A la presse, je dis merci à tous ceux qui m’ont soutenu lors de cette période difficile. Certains médias ont profité de mon cas, et c’est triste. Je préfère parler de ceux qui m’ont soutenu. Et aux supporters, je dis aussi merci. Je garde un souvenir énorme au niveau sportif dans le Stade Constant Vanden Stock. Merci, mille fois merci."

"Je vais essayer de rattraper le temps que je n’ai pas pu passer avec ma famille. Je veux la récompenser pour toutes ces fois où je suis rentré triste. Je veux enfin penser à ma santé, que j’ai négligée pendant trois ans."

"Au Sporting, je me sens chez moi. Quand Anderlecht dit que je fais partie de la famille, je comprends pourquoi. Le club m’a tout donné. Merci à la famille Vanden Stock, à Philippe Collin, à Herman Van Holsbeeck. Je ne vais jamais complètement quitter ce club. Je vais essayer de l’aider dans l’avenir. Je ne dirai jamais au revoir, mais à bientôt."